Couture : conseils d’une débutante à d’autres débutants

Il y a plus d’un an, je rédigeais un article listant mes projets « mode » pour l’année 2017-2018. Je n’ai pas réalisé le quart de ce que j’avais projeté mais comme d’habitude je suis sortie du chemin tracé et le moins que l’on puisse dire c’est que j’ai bien fait.

IMG_20190330_162812_766

Après quelques réalisations simples (sac noeud, sac doudou et lingettes démaquillantes), j’ai eu la chance de participer à une journée couture avec des copines hyper expérimentées. L’objectif était de coudre chacune notre blouse en profitant de l’aide des autres. Partant de zéro et ayant une MAC Silvercrest récalcitrante, j’ai été le petit boulet du groupe. Mais mes super coachs (@agnescousette et @cecileb28) étaient là pour me motiver et pallier mes lacunes et celles de ma vilaine machine à coudre.

 

J’ai retenu de cette journée intense et laborieuse quelques conseils précieux. Comme je suis hyper sympa, je vous partage tout cela.

Conseil numéro 1 des expertes : achète une machine à coudre digne de ce nom sinon tu vas te décourager et tu n’arriveras à rien.

2019-03-30-16-07-25.jpg

Malgré toute notre bonne volonté, la sylvercrest et moi nous n’étions pas faites pour nous entendre et j’ai donc décidé de la remplacer. Après une journée de recherche sur internet (à quand une application meetic pour couture addict et Mac?), d’échanges par sms avec les copines, ma Singer Simple était commandée car elle annonçait la couleur (l’honnêteté ça compte dans un couple) : simple d’utilisation mais solide et adaptée à la confection de vêtements. A notre premier rendez-vous, je l’ai testée en reprenant la confection de lingettes démaquillantes que j’avais délaissée et là je suis tombée in love de cette mac. Bridget était entrée dans ma vie et l’avenir couturesque s’annonçait enfin radieux.

Conseil numéro 2 des expertes : prends ton temps et prépare ton projet.

Pour ma petite blouse, j’avais tout fait à l’arrache. J’avais mal coupé mon tissu, je n’avais pas reporté tous les repères… Bref, une catastrophe au moment d’assembler et de coudre ! Pour notre second projet (manteau Chloé de la Maison Victor), j’ai donc pris mon temps et j’ai essayé d’être rigoureuse. Et effectivement, cela paie (un loupé au niveau des poches mais le reste c’était tout bon !).

Donc on prend son temps pour reporter le patron, on lit bien les explications et surtout surtout on vire le chat pour être tranquille.

IMG_20190504_141516_439.jpg

Conseil numéro 3 des expertes : repasse, repasse, repasse !

Alors euh le fer à repasser je le regarde de loin et je n’y touche pas sauf pour repasser les perles hama (et uniquement si ma fille me supplie). On a donc dû faire connaissance, Albert et moi (oui les fers à repasser se prénomment Albert, c’est comme cela !). Bah en fait, il est sympa Albert. Il rend la couture plus facile et permet de faire de jolies finitions. En revanche, Albert est parfois chaud bouillant. Attention aux tissus fragiles qui peuvent prendre un méchant coup de soleil à son contact… Mon troisième hack de la robe Lolita en a fait l’expérience mais c’était un mal pour un bien car j’ai appris à faire des fronces dignes de ce nom en devant refaire la basque que j’avais lamentablement brûlée !

IMG_20190505_130126_918

Conseil numéro 4 des expertes : n’aie pas peur de la surjeteuse. Grâce aux copines, j’ai appris à utiliser une surjeteuse ! Marilyn Watson (aka ma surjeteuse offerte par ma mamie… Marilyn pour son côté aguicheur, Watson car c’est une elementary by pfaff) a quasiment détrôné Bridget dans mon cœur ! Une fois l’étape douloureuse de l’enfilage passée, c’est que du bonheur (euh c’est un peu cochon ce que je raconte, non ?). Il faut encore que j’ose bidouiller les réglages et ce sera parfait. Elle a été très pratique pour réaliser mon manteau et aussi les vestes my super bison cousues pour les filles.

IMG_20190331_191458_249IMG_20190408_202340_009IMG_20190411_131243_354IMG_20190331_191900_814

 

Depuis ce premier atelier et les suivants, j’ai réalisé plusieurs cousettes en solo (avec assistance téléphonique des copines si besoin). Et bien sûr le virus de la couture m’a définitivement contaminée !

 

 

 

Et de 2 ! Une cousette = un nouveau sac

¿Hola, qué tal ?

aujourd’hui, je fais doublement ma crâneuse en vous présentant mon tout nouveau sac (encore un !) et mon super niveau en espagnol.

Parce que oui, très cher lecteur, je suis aussi à l’aise dans la langue de Don Quichotte que monsieur Raffarin dans celle de Shakespeare (qui se souvient du cultissime « the yes needs the no to win against ze no » ???). Et pourtant, malgré mon niveau zéro, en suivant le tuto de la belle Gloria de la chaîne youtube Mimodemami, j’ai eu l’impression d’être bilingue. En plus de comprendre des mots tels que centimetro ou tendencia, j’ai réussi à reproduire son sac doudou.

le sac doudou du bazar de milipuce

 

Image associéeJ’ai bien fait de prendre espagnol en LV2 au collège (euh d’ailleurs on dit toujours LV1 et 2 ? Bah j’aurai la réponse l’année prochaine vu que numéro 1 entrera en 6ème … Gloups !!!!).

Bon, trêve de plaisanterie. Suivre un tutoriel dans une langue que l’on ne parle pas couramment cela peut sembler rédhibitoire. Mais heureusement, les tutoriels vidéos ont un sacré avantage :

vidéo = visuel qui bouge ! Il suffit d’activer son petit neurone miroir et de faire les mêmes gestes que la dame !

 

Pour réaliser ce sac « doudou », j’ai utilisé  :

  • du tissu doux acheté sur Mondial tissu (mais qui n’est pas aussi épais que le tissu préconisé par Mimodemami) : 2 morceaux de 35 cm sur 35 cm
  • du tissu pour la doublure : 2 morceaux de 34 cm sur 34 cm.
  • une fermeture inséparable de 30 cm
  • de la chaîne (2 m)
  • des rubans
  • une mac
  • du fil
  • des épingles
  • des ciseaux

Como hacer

  • Préparation du tissu extérieur : en bas et de chaque côté, coupez 2 carrés de 3 cm
  • Préparation du tissu intérieur : faites de même

IMAG0984

 

  • Assemblage de la fermeture à glissière IMAG0988
  • Couture des bords en prenant soin d’insérer les rubans qui serviront d’attache à la bandoulière et de laisser une ouverture dans le fond de la doublure
  • Remise à l’endroit du schmilblick
  • Fermeture de la doublure
  • Enfilage de la chaîne et pis c’est tout

 

 

Mes conseils de non pro de la couture :

  • mon tissu doudou étant fin, le sac manque de tenue. Optez pour un tissu un peu plus épais.
  • si comme moi, vous mettez des tonnes de choses dans votre sac et qu’il pèse donc… bah une tonne, les attaches en ruban ne sont pas le bon plan ! Je vais devoir changer de système car l’un des rubans commence déjà à s’abîmer.

Mon avis  de débutante :

  • un tuto très simple à suivre et accessible aux débutantes qui savent déjà coudre une fermeture à glissière.
  • les explications en espagnol ne sont pas un obstacle, la vidéo est de très bonne qualité (bon cadrage, beaucoup de précisions données par gestes).

Voilà, je prends du galon et ma prochaine cousette sera un vêtement c’est sûr et certain (sauf si un sac me fait du gringue… Je suis si faible 😂). Et pour ceux qui ne l’auraient pas encore vu, mon premier sac de vraie couturière est à découvrir ici.

Vous avez des projets ? Moi j’attends impatiemment le salon CSF pour faire le plein de matériel et notamment de tissus en profitant de conseils de pros. Parce que en tant que débutante qui habite en Province, il est difficile de trouver son bonheur (je choisis toujours un tissu trop épais ou trop fin, c’est dingue !).

Biz et à bientôt