Couture : conseils d’une débutante à d’autres débutants

Il y a plus d’un an, je rédigeais un article listant mes projets « mode » pour l’année 2017-2018. Je n’ai pas réalisé le quart de ce que j’avais projeté mais comme d’habitude je suis sortie du chemin tracé et le moins que l’on puisse dire c’est que j’ai bien fait.

IMG_20190330_162812_766

Après quelques réalisations simples (sac noeud, sac doudou et lingettes démaquillantes), j’ai eu la chance de participer à une journée couture avec des copines hyper expérimentées. L’objectif était de coudre chacune notre blouse en profitant de l’aide des autres. Partant de zéro et ayant une MAC Silvercrest récalcitrante, j’ai été le petit boulet du groupe. Mais mes super coachs (@agnescousette et @cecileb28) étaient là pour me motiver et pallier mes lacunes et celles de ma vilaine machine à coudre.

 

J’ai retenu de cette journée intense et laborieuse quelques conseils précieux. Comme je suis hyper sympa, je vous partage tout cela.

Conseil numéro 1 des expertes : achète une machine à coudre digne de ce nom sinon tu vas te décourager et tu n’arriveras à rien.

2019-03-30-16-07-25.jpg

Malgré toute notre bonne volonté, la sylvercrest et moi nous n’étions pas faites pour nous entendre et j’ai donc décidé de la remplacer. Après une journée de recherche sur internet (à quand une application meetic pour couture addict et Mac?), d’échanges par sms avec les copines, ma Singer Simple était commandée car elle annonçait la couleur (l’honnêteté ça compte dans un couple) : simple d’utilisation mais solide et adaptée à la confection de vêtements. A notre premier rendez-vous, je l’ai testée en reprenant la confection de lingettes démaquillantes que j’avais délaissée et là je suis tombée in love de cette mac. Bridget était entrée dans ma vie et l’avenir couturesque s’annonçait enfin radieux.

Conseil numéro 2 des expertes : prends ton temps et prépare ton projet.

Pour ma petite blouse, j’avais tout fait à l’arrache. J’avais mal coupé mon tissu, je n’avais pas reporté tous les repères… Bref, une catastrophe au moment d’assembler et de coudre ! Pour notre second projet (manteau Chloé de la Maison Victor), j’ai donc pris mon temps et j’ai essayé d’être rigoureuse. Et effectivement, cela paie (un loupé au niveau des poches mais le reste c’était tout bon !).

Donc on prend son temps pour reporter le patron, on lit bien les explications et surtout surtout on vire le chat pour être tranquille.

IMG_20190504_141516_439.jpg

Conseil numéro 3 des expertes : repasse, repasse, repasse !

Alors euh le fer à repasser je le regarde de loin et je n’y touche pas sauf pour repasser les perles hama (et uniquement si ma fille me supplie). On a donc dû faire connaissance, Albert et moi (oui les fers à repasser se prénomment Albert, c’est comme cela !). Bah en fait, il est sympa Albert. Il rend la couture plus facile et permet de faire de jolies finitions. En revanche, Albert est parfois chaud bouillant. Attention aux tissus fragiles qui peuvent prendre un méchant coup de soleil à son contact… Mon troisième hack de la robe Lolita en a fait l’expérience mais c’était un mal pour un bien car j’ai appris à faire des fronces dignes de ce nom en devant refaire la basque que j’avais lamentablement brûlée !

IMG_20190505_130126_918

Conseil numéro 4 des expertes : n’aie pas peur de la surjeteuse. Grâce aux copines, j’ai appris à utiliser une surjeteuse ! Marilyn Watson (aka ma surjeteuse offerte par ma mamie… Marilyn pour son côté aguicheur, Watson car c’est une elementary by pfaff) a quasiment détrôné Bridget dans mon cœur ! Une fois l’étape douloureuse de l’enfilage passée, c’est que du bonheur (euh c’est un peu cochon ce que je raconte, non ?). Il faut encore que j’ose bidouiller les réglages et ce sera parfait. Elle a été très pratique pour réaliser mon manteau et aussi les vestes my super bison cousues pour les filles.

IMG_20190331_191458_249IMG_20190408_202340_009IMG_20190411_131243_354IMG_20190331_191900_814

 

Depuis ce premier atelier et les suivants, j’ai réalisé plusieurs cousettes en solo (avec assistance téléphonique des copines si besoin). Et bien sûr le virus de la couture m’a définitivement contaminée !

 

 

 

Trendy châle, le retour : test de la laine Rico design

Coucou,

 j’ai commencé cet article en janvier et je l’achève en mai. C’est pour vous dire à quel point l’hiver a été laborieux.  Mon article n’est pas vraiment de saisonDisons que je prends de l’avance pour l’hiver prochain.

une question s’impose : avez-vous envie de tricoter ? Parce que je sais que je radote et que je l’ai déjà écrit 100 fois mais depuis que j’ai découvert le crochet, le tricot je l’aime coup-ci coup-ça. Il fallait bien deux super objectifs pour me pousser à reprendre les longues aiguilles. Donc si vous êtes moyennement motivés à l’idée d’apprendre à tricoter, de vous y remettre ou si vous avez envie de faire une pause, j’ai les arguments qui tuent pour vous booster.

Premier objectif : tricoter un trendy châle tout doux pour ma mémé (alors vous vous dites que ça ne marche que pour moi mais il suffit de changer « mémé » par « tata Jacqueline », « Capucine », « ma super copine » ou… « moi » et hop ça fonctionne nickel pour vous aussi !).

 

Photos de ma fille prises le 27 mai 2018 (30 degrés à l’ombre mais châle quand même… Et deux fois parce que les premières photos étaient floues… Je suis une mère indigne)

Second objectif : tester la laine Rico design soft qui me faisait de l’œil dès que je me rendais chez Créattitude (et j’y vais assez fréquemment).

La réalisation du trendy châle est ultra simple et accessible aux débutantes. Il suffit de savoir monter 3 mailles, tricoter des mailles endroits et faire des augmentations.

Je vous fais un résumé :

Donc on monte 3 mailles et on tricote toujours en maille endroit (ce qui s’appelle le point mousse). A la fin de chaque rang, on fait une augmentation à 2 mailles du bord. Et on tricote, tricote, tricote jusqu’à obtenir une bonne longueur (60-70 cm) et une méga largeur (140-150 cm).

La laine Creative soft wool aran de Rico design, késako ?

  • composition :75% acrylique, 25% laine
  • lavage : 30°
  • métrage : 300 m pour 100 g
  • aiguilles, crochet : 5 mm

Mon avis

les +

  • un super rapport qualité prix !
  • avec une seule pelote, j’ai tricoté la quasi totalité de mon trendy châle !
  • une laine toute douce

les –

  • je n’en ai pas encore trouvé mais je soupçonne une tendance au « peluchage » (ouais ça n’existe pas mais je suis une créative que voulez-vous ?!).

Fin de l’article (mai 2018… Méga saut dans le temps)

J’ai tricoté un second trendy châle pour la fête des mamans (je l’avais commencé dans la foulée du premier mais j’ai lamentablement calé en cours de route). Et pourtant j’étais motivée.

Si vous avez bien suivi, J’ai tricoté des trendy châle pour ma mamie, Pour ma maman (la fille de ma mamie) Et j’ai fait posé ma fille sous un ☀ de plomb pour illustrer l’article. Et à la fin de la séance photo, Elle me dit : « tu pourras m’en tricoter un ? ». Bref, Ce châle, C’est Une histoire mère-fille 😊

Mais bon, Je vais opter pour le crochet pour le suivant… Parce que le tricot ce n’est vraiment plus mon truc.

 

 

 

 

 

 

DIY crochet : mon manteau oversize Phildar…

Bonjour,

un article mi-figue mi-raisin en ce dimanche pluvieux. Il y a déjà plusieurs mois je vous avais annoncé en grande pompe la liste de Mes projets modes pour cet hiver . En première place, figuré le manteau oversize de Phildar. J’étais hyper bien partie et puis j’ai calé lamentablement sur les finitions. Je vous le présente donc très très en retard et je vous explique l’origine de mon bug.

IMAG2081

Tout d’abord, un petit point sur le matériel

Le fil préconisé par Phildar est le Rapido présenté sur leur site comme un « Gros fil léger pour un tricot rapide et facile ».  Il se tricote avec des aiguilles de 7 mm.

Un fil rapide donc mais pas très économique. La pelote pèse 25 grammes avec une longueur de fil d’environ 40 mètres. J’imagine qu’à peine entamée, elle est déjà finie. Pour réaliser ce manteau en taille 42/44, il m’aurait fallu 29 pelotes soit un budget de 92 euros 80. Gloups !

J’ai donc opté pour un fil plus économique sur les conseils de la vendeuse : le PHIL LOOPING (100 grammes, 163 mètres, aiguilles 6 mm). Budget pour 8 pelotes = 32 euros 80.

Contrairement à mes habitudes, j’ai réalisé un échantillon. Les pièces à crocheter étaient immenses et je n’avais pas envie de me planter.

Côté Réalisation

Rien de compliquer. L’ouvrage monte vite grâce aux rangs de brides. Le PHIL LOOPING est agréable à crocheter et mon crochet ergonomique de la marque Primm a bien fait son job.

J’ai crocheté les pièces en 3 semaines en y consacrant environs 2-3 soirées par semaine (merci les soirées foot de chéri d’amour) et quelques heures le week-end (merci la pluie).

Deux points importants qui sont des règles de base au tricot comme au crochet  : la régularité des points et le respect des mesures.  Pour le premier, veillez à crocheter ou tricoter souplement et faites attention à la tension de votre fil. Pour le second point, ne lésinez pas sur le mètre ruban, comptez également les rangs et notez les sur un petit papier (cela vous évitera de devoir les recompter), marquez les emmanchures avec un fil de couleur.  Mieux vaut se prendre un peu la tête en amont de l’assemblage et s’éviter de fâcheuses erreurs.

IMAG2086

Le gros couac

Mon manteau aurait pu être fini en un petit mois. Seulement voilà, en assemblant les pièces, j’ai trouvé qu’il était vraiment très grand (bah ouais oversize c’est oversize, que vous vous dites). Je suis plutôt de taille moyenne (1 mètre 62) et un petit ajustement aurait été nécessaire. De plus, le fil Looping est un fil très léger et je crochète de façon plutôt relâchée.

J’ai donc pas mal réfléchi au problème pour finalement le laisser de côté. Et puis, je me suis investie dans d’autres projets pour l’oublier. Il m’a bien embêté ce manteau oversize et j’ai vécu ces dernières semaines avec un sentiment d’inachevé bien désagréable dans le cerveau.

Ce matin, j’ai finalement cousu la dernière poche et les revers des manches (il ne me restait vraiment pas grand chose à faire !). J’ai pris les photos pour l’article et hop, direction la machine à laver pour voir si un petit bain à 30° fait rétrécir la bestiole.

Je ne sais pas si je vais mieux dormir ce soir mais je sais que j’aurai bien chaud dans les jours à venir car il est costaud ce manteau (et puis je peux mettre trois couches de vêtements en dessous !).

IMAG2079

 

 

DIY crochet : un tour de cou pour homme (ou femme)

Bonjour,

comment allez-vous ? vous avez repris le travail ? peut-être profitez-vous encore des vacances ?

Je n’ai pas encore eu l’occasion de vous présenter mes dernières réalisations au crochet. Aujourd’hui, ce sera un tour de cou pour homme qui a garni la hotte du père Noël et, j’espère, fait plaisir à mon chéri (et mes beaux-frères).

C’est un projet très simple à réaliser, même pour les débutants et qui en plus est terminé en quelques heures (je n’ai pas chronométré mais je pense que j’en crochète un en 1h30 environ).

IMAG1822

Comme je n’ai pas pris des photos de pas à pas pour réaliser un tutoriel digne de ce nom, je vous ai déniché des vidéos et des explications photos des différents éléments techniques nécessaires.

Liens intéressants pour les débutants (et les plus expérimentés)


 

Chaîne Youtube Bergère de France  :

 

les Blogs crochet-plaisir et fleurs-applications :

 

Explications


 

  1. faire une chaînette de 58-60 cm (attention à ne pas faire trop long si vous souhaitez un tour de cou ajusté).
  2. relier les deux extrémités à l’aide d’une maille coulée
  3. crocheter un rang en maille serrée
  4. les rangs suivants : crocheter une mailler serrée uniquement dans le brin arrière de chaque maille (si cela vous semble compliquer, vous pouvez choisir un autre point telle que la maille serrée classique ou la demi-bride)
  5. crocheter jusqu’à obtenir une hauteur de 32 cm (plus ou moins selon vos goûts)
  6. replier l’ouvrage de moitié en le faisant rentrer à l’intérieur et mettre les bords l’un contre l’autre
  7. fermer les deux bords en les reliant par une maille coulée.

 

IMAG1950

J’essaierai de compléter l’article avec des photos explicatives dès que possible. Le tour de cou will be back !

Biz biz

Réaliser un turban au crochet : j’ai réussi !

Bonsoir tout le monde

je vous avais déjà parlé de mon coup de cœur pour le bonnet façon turban (ici) et j’ai fait bien des efforts pour m’en tricoter un. Mais deux mois après l’avoir débuté, il est toujours en plan sur mes aiguilles. J’aime le tricot mais j’avoue que depuis que j’ai découvert le crochet, j’ai beaucoup de mal à saisir ces grandes aiguilles encombrantes et blagueuses (ah la joie de remettre les mailles baladeuses une à une sur l’aiguille qui a glissé !).

J’ai donc cherché un tuto pour réaliser un turban au crochet et résultat : je n’ai rien trouvé. Alors soit je suis vraiment très nulle soit cela n’existe pas. Elodie, une copine « rencontrée » lors d’un concours FB, n’a pas trouvé alors qu’elle est une véritable serial crocheteuse qui maîtrise hyper bien l’anglais. Conclusion : je ne suis pas une grosse nulle mais je suis tombée sur un vide dans le monde du crochet.

Je le comble aujourd’hui en vous montrant mon turban réalisé au crochet pour l’anniversaire d’une amie (qui j’espère ne viendra pas sur le blog ce soir !! mais bon je ne pouvais pas attendre ! trop hâte de publier l’article !).

J’ai utilisé une grosse laine (à tricoter aux aiguilles 5.5-6) et un gros crochet (8 mm) pour un style bien cosy. La réalisation du rectangle a donc été très très rapide ! Mais évidemment, au moment de l’assemblage y a eu comme un problème car mon rectangle n’était pas très élastique sur la longueur et le bonnet était donc riquiqui. J’ai dû revoir les proportions.

turban le bazar de milipuce 3.jpg

Réalisation de la bande au crochet

Dans le tuto de Marie-Claire, il est indiqué de réaliser un rectangle de 95 cm de long sur 15 cm de large. Sur le blog Huguette Paillettes, Clémence préconise quant à elle de réaliser une bande d’environ 90 cm sur 9.5 cm.

Au crochet, je vous conseille les dimensions suivantes :

110 cm de longueur et 9.5 cm de largeur

La longueur équivaut ainsi à deux fois votre tour de tête.

Si vous préférez un bonnet plus ajusté mais plus « profond » : diminuez légèrement la longueur de la bande et augmentez un peu la largeur.

J’ai donc crocheté une chaînette de 110 cm. Pour réaliser des « côtes », j’ai ensuite crocheté ainsi :

rang 1 : maille serrée

rang 2 : maille serrée uniquement dans le brin arrière

(idem pour les rangs pairs suivants)

rang 3 : maille serrée uniquement dans le brin avant

(idem pour les rangs impairs suivants)

ATTENTION : débuter et terminer tous les rangs par une maille serrée classique (les coutures seront plus jolies).

 

Le nœud et les coutures

Je vous renvoie à l’excellent tuto de Clémence qui explique très bien cette étape.

Un conseil important : marquez bien les emplacements indiqués avant de vous lancer dans la réalisation du nœud et des coutures. Vous gagnerez du temps ensuite.

De plus, faites attention : les extrémités des bandes ne sont pas cousues ensemble mais bien sur le corps du bonnet.

turban de dos le bazar de milipuce.jpg

J’ai réalisé les coutures en utilisant un crochet très fin. Lorsque cela est possible, je préfère cette technique que je trouve rapide et facile.

IMAG1654

Et voilà il me reste à finir mon turban aux aiguilles ! Cela va être difficile de résister à l’appel du crochet.

IMAG0998
le mal-aimé (même sa photo toute floue traduit mon manque d’amour !)