Des projets à la pelle …

Aujourd’hui pas de tutoriel ou de test. Je vous présente simplement mes projets pour les semaines (voire les mois) à venir.

Les valises vintage

DSC_0018

Je vais les transformer en un repose-pied et une coiffeuse (avec rangement pour les bijoux que je ne mets jamais car oubliés au fond d’un tiroir). Il faut que je trouve des pieds jolis et qui ne m’obligent pas à casser mon PEL (les pieds coûtent une fortune, non ???).

Je dois aussi repeindre les persiennes à l’arrière-plan et les tables de chevet.

Les volets et les fenêtres (remplacés par du PVC)

Là, j’ai plusieurs idées en tête mais il faut vraiment que je prenne les mesures pour décider.

Le frigo tout moche

DSC_0022

Puisqu’il ne veut pas nous lâcher, autant le faire profiter d’un petit relooking.

Le petit meuble mural rétro

DSC_0023.JPG

Rien de compliquer : en deux coups de pinceaux, son cas sera réglé…mais comme je ne sais pas encore où l’accrocher, je ne sais pas de quelle couleur je vais le badigeonner.

Les deux miroirs récupérés aux encombrants

17904226_253633845044104_7426111085898711457_n

J’ai la peinture et une partie du système d’accrochage… mais le futur mur d’accueil n’est pas encore prêt.

Les palettes

DSC_0026

Normalement, je dois réaliser une table basse. Encore le problème des pieds !!!

Voilà de quoi m’occuper.

Je ne sais pas par quoi commencer…

 

Bureau vintage: le relooking 

Pour celles et ceux qui me suivent sur Facebook, vous avez la réponse à mon dilemme du week-end.  Entre le désherbage et mon petit bureau, j’ai fait mon choix ! En fait, j’avais largement le temps de faire les deux mais j’ai commencé mon dimanche au ralenti…et le samedi aussi.

Donc rien d’incroyable dans ce relooking mais je le partage tout de même.

Pour information, ce petit bureau a trouvé sa place dans la chambre des filles.  Les contraintes étaient multiples et par chance les dimensions étaient nickel chrome (ouais je sais j’ai 120 ans). J’ai placé le plateau en décalé pour créer deux espaces, le bureau étant partagé par les deux poulettes.

Côté matos, j’ai utilisé:

  • Papier origami
  • Vernis colle
  • Peinture chalky topaze
  • Peintures Envie bubble gum et vert tranquille
  • Protecteur mat
  • Plateau (porte d’une armoire)

J’avais déjà tout le matériel donc aucun frais pour moi. Pour vous donner une petite idée de l’investissement: la chalky coûte environ 6 euros, la peinture envie est à environ 4 euros le pot, les papiers origami vous coûteront dans les 2 euros.  et bien sûr il vous restera du matos à utiliser plus tard.

J’ai démonté le vieux plateau, retiré les tiroirs et recoller une baguette qui ne tenait plus.

J’ai tapissé les tiroirs avec le papier origami et le vernis colle.

J’ai peint les tiroirs et le plateau avec la chalky paint puis j’ai utilisé l’adhésif de masquage pour délimiter des zones que j’ai peintes en rose et en vert.

Un petit passage de protecteur mat sur le tout en ayant pris soin de retirer l’adhésif et voilà…

Avant

Après (en compagnie des Chaises bistrot assorties)
Je n’ai pas voulu repeindre les pieds. Je les aime comme cela. Et lorsque le bureau sera mort pour de bon, je les sauverai…sont trop beaux !

Il était une fois un fauteuil de bridge…

Il était une fois dans un pays bien plat, au milieu des champs de blés, un joli fauteuil de bridge qui souhaitait être relooké. Pas de baguette magique et de transformation instantanée dans cette histoire mais comme dans tout conte de fée, deux gentilles marraines qui, avec leur tire-sangle et leur marteau, s’emploient à exaucer le vœu de ce brave fauteuil.

Et oui, cela peut paraître fort fort lointain car la rénovation de mon fauteuil de bridge a débuté il y a plusieurs semaines déjà mais la rapidité n’a pas d’importance dans cette « aventure ». J’apprends à retaper ce siège ancien avec l’aide d’une pro (qui en plus me laisse envahir son salon et stocke le dit-fauteuil le temps de lui refaire une beauté) et c’est bien cela l’essentiel.

Donc après les premières étapes déjà racontées ici, voici un petit point sur les suivantes :

Après les sangles, nous avons agrafé la toile de jute (et comme l’agrafeuse et moi, nous n’étions pas copines, je me suis rabattue sur le marteau et les semences!)

toile de jute

Ensuite, nous avons créé un gabarit à l’aide de feuilles et de scotch (le carton convient tout à fait mais nous avons fait avec les moyens du bord)

gabarit mousse

Et enfin nous avons scié la mousse en suivant le gabarit et nous l’avons collée avec de la colle néoprène.
Pour le dossier, nous avons dû saucissonner la mousse pour la faire bien adhérer au support.
mousse dossier

Et voilà le travail avance. Prochaine étape : le tissu ! J’ai hâte de découvrir le résultat final…