Récit: les courses merveilleuses de madame Lachance 

J’inaugure une nouvelle rubrique de petites histoires dont je n’ai pas encore choisi le titre. En stock, j’ai: 

  • Utopie ordinaire 
  • Les petits riens qui font du bien 
  • La vie idéale de madame tout le monde 

Tous sont à prendre au premier degré… J’écrirai la version trash plus tard. 

 Ce dimanche matin, j’ai fait les courses… Et oui rien de mieux à faire par un dimanche ensoleillé 😤. Et cela m’a inspirée.  Je me lance pour vous conter l’histoire merveilleuse des courses idéales.  

Vous arrivez sur le parking à l’heure de pointe et pourtant vous trouvez la place parfaite (pas celle située à côté des caddies et qui vous assure quelques éraflures sur la carrosserie, ni celle qui est à 3 kms de l’entrée du magasin). Les voitures de chaque côté sont superbement garées et vous pouvez loger votre véhicule sans crainte. Vos enfants descendent sagement sans cogner les portières dans celles des voisines. Vous n’avez pas de pièce ni de jeton pour le caddie. Vous vous dirigez donc vers l’accueil en quémander un mais vous savez qu’il vous faudra pour l’obtenir attendre longuement que l’hôtesse soit disponible. Vous avancez donc un peu dépitée vos sacs cabas sous le bras (vous aviez pour une fois pensé à les mettre dans votre coffre et vous n’aurez pas à en acheter d’autres ou à charger et décharger vos articles un à un) !

 En passant devant l’abri où patientent quelques braves caddies, vous apercevez l’un d’eux muni d’un jeton oublié. Et vous voilà poussant votre chariot qui roule droit et qui est propre de surcroît. Vos enfants s’accrochent de chaque côté et maintiennent le cap que vous choisissez. Votre équipage entre fièrement dans le magasin et les portes automatiques s’ouvrent sans délai. Dans les rayons, les chariots sont toujours garés de façon civilisée vous permettant d’accéder aisément à tous les produits qui se trouvent sur votre liste. Car oui vous avez préparé une liste et vous ne l’avez pas oubliée.  Mieux, vous l’avez sortie de votre sac dans lequel vous avez même trouvé un stylo.  Vous barrez consciencieusement votre petit bout de papier et au fur et à mesure de vos ratures, votre chariot se remplit. C’est inouï… Aucun article étranger à votre liste ne s’est glissé sournoisement dans votre caddie. Comment cela se peut il ? Mais bien sûr, vos enfants sont toujours à leur place et ils ne demandent rien. Ils passent de rayon en rayon en ignorant les tentations.  

Soudain, c’est le drame: vous ne parvenez pas à atteindre le dernier article sur votre liste. Surgie de nulle part (ou peut-être du rayon d’en face) une personne plus grande que vous, vous aide. Pas besoin de vous ridiculiser en grimpant sur les étagères ou de vous casser le dos en faisant la courte échelle à votre aîné ! Juste un merci, un sourire et votre muesli préféré est dans vos mains.  

En vous dirigeant vers les caisses, vous voyez un chaland plus petit que vous qui tente d’escalader les étagères pour attraper du sucre. Simplement en tendant le bras, vous attrapez le paquet et vous voilà devenue à votre tour une héroïne. Vos enfants clament que vous êtes la plus forte et la meilleure des mamans.  Vous partez le coeur léger et au passage vous saisissez l’ingrédient qui ne figurait pas sur votre liste et qui pourtant est indispensable pour votre menu de ce soir.  Vous vous dites que vraiment vous avez de la chance…jusqu’à votre arrivée en caisse ! L’attente s’annonce longue, très longue.  Une hôtesse passe à côté de vous et vous susurre  « Passez à côté madame. Je vais ouvrir ma caisse « . 

Vous vous exécutez et vous déposez vos victuailles sur le tapis roulant.  Des pleurs, des cris vous font lever brusquement la tête. Prise de panique, vous cherchez à localiser vos enfants et la source de ce raffut. Vos marmots sont toujours sages, ils ne touchent strictement à rien, ils sont toujours debout sur leur jambes, ils ont les yeux secs et le nez propre… Contrairement aux enfants qui courent dans le magasin et se roulent au sol lorsque leur mère essaie de leur reprendre un dvd/paquet de bonbons/jouet/livre/carte postale. Vous compatissez et lorsque vous croisez le regard de la jeune mère vous lui signifiait votre soutien en lui adressant un sourire bienveillant. 

Un client s’installe derrière votre chariot, une baguette à la main et la monnaie dans l’autre. Vous le laissez prendre votre tour.  Après tout, vous n’avez pas fini de transférer vos courses sur le tapis. Il vous remercie chaleureusement et vous dit au revoir son achat effectué.  

Vous payez et l’hôtesse vous remet des jetons à insérer dans une machine.  Vous les distribuez à vos enfants: le nombre vous permet une répartition équitable. Émerveillement le plus total ! Chaque enfant obtient un bon d’achat sans date limite d’utilisation.  

Vous chargez vos courses dans votre coffre et vous sortez du parking en quelques secondes.  

Vous avez fait les courses pour une semaine en moins de 30 minutes. 

Un commentaire sur “Récit: les courses merveilleuses de madame Lachance 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s