Crocheter un sac « nature x ethnique » : explications

Les projets s’accumulent et peinent à se concrétiser. La table basse en palettes attend toujours la fabrication de ses pattes en cuivre, le meuble de mémé sert de support à la palette en attendant d’être restauré et je ne compte plus les pelotes achetées compulsivement et qui n’ont toujours pas vu l’ombre de la pointe d’une aiguille. Les batteries sont à plat et j’attends avec impatience de pouvoir les recharger pour retrouver la motivation !

Dans ce champ de désolation (si si les mots sont forts mais c’est vraiment la misère), il y a tout de même un projet qui a su me motiver : le sac « naturel » qui fleurit partout. Plutôt que de débourser de l’argent, j’ai décidé d’utiliser le coton gentiment offert par ma mémé pour en crocheter un à mon goût. Et comme je voulais absolument le mettre dans ma valise pour partir en vacances, j’ai dû me faire violence.

 

Alors une photographie du sac fini et prêt pour les vacances

sac crochet vacances du bazar de milipuce.jpg

 

Et les explications pour le reproduire (comme toujours, j’ai fait pas mal d’essais et je n’ai pas toujours pris les photographies durant l’encours)

Matériel 

  • 1 crochet (ici j’ai utilisé un crochet de 6 mm)
  • du coton d’un coloris naturel
  • un marque-rang ou un trombone
  • une aiguille à laine et un crochet fin (3 ou 3.5 mm)
  • une ceinture ethnique (en soldes chez Gémo : 3 euros 50)
  • des ciseaux

Hexagone (à faire 2 fois)

cercle magique lebazardemilipuceaugmentation spirale le bazardemilipuce

  • rang 1 : cercle magique de 6 mailles
  • rang 2 : 6 augmentations
  • rang 3 : répéter 6 fois (1 maille serrée – 1 augmentation)
  • rang 4 : répéter 6 fois (2 mailles serrées – 1 augmentation)
  • rang 5 : répéter 6 fois (3 maille serrée – 1 augmentation)
  • rang 6 : répéter 6 fois (4 mailles serrées- 1 augmentation)
  • rang 7 : répéter 6 fois (5 mailles serrées – 1 augmentation)
  • rang 8 : répéter 6 fois (6 mailles serrées – 1 augmentation)
  • rang 9 : répéter 6 fois (7 mailles serrées – 1 augmentation)
  • rang 10 : répéter 6 fois (8 mailles serrées – 1 augmentation)

sac crochet partie 1 le bazar de milipuce

  • rang 11 : répéter 6 fois (9 mailles serrées – 1 augmentation)
  • rang 12 : répéter 6 fois (10 mailles serrées – 1 augmentation)
  • rang 13 : répéter 6 fois (11 mailles serrées – 1 augmentation)
  • rang 14 : répéter 6 fois (12 mailles serrées – 1 augmentation)
  • rang 15 : répéter 6 fois (13 mailles serrées – 1 augmentation)
  • rang 16 : répéter 6 fois (14 mailles serrées – 1 augmentation)
  • rang 17 : répéter 6 fois (15 mailles serrées – 1 augmentation)
  • rang 18 : répéter 6 fois (16 mailles serrées – 1 augmentation)
  • Arrêter le travail en laissant suffisamment de fil pour réaliser les coutures

Côté du sac 

Faire une chaînette de 72 mailles et crocheter ensuite en demi-bride jusqu’à obtenir la largeur souhaitée (ici 8 cm).

Assemblage 

J’ai commis l’erreur d’assembler sans prendre le temps de bien placer mes éléments. Résultat : j’ai dû tout défaire et recommencer car le sac était de traviole. Heureusement, l’assemblage au crochet que je testais pour la première fois à le triple avantage d’être simple, de donner un résultat très joli et propre… et de se démonter hyper rapidement.

Donc, veillez à bien placer vos éléments. Pour cela, comptez le nombre de mailles de la partie 3 (côté) et divisez ce nombre par 2 (moi j’avais 36*2 mailles soit 72)

Sur l’un des côtés de l’hexagone, marquez le milieu. Comptez les mailles pour déterminer où commencer l’assemblage (j’ai compté 36 mailles depuis la marque et j’ai débuté l’assemblage de mes 2 parties).

Technique d’assemblage au crochet : placer les morceaux endroit contre endroit, piquer les brins extérieurs des mailles de chaque morceau et réaliser une maille coulée et ainsi de suite.

Une fois le sac fini, j’ai choisi de fermer un peu plus les côtés car cela bâillait trop à mon goût (j’ai donc fermé sur la largeur de la bande).

 

Il faut bien sûr rentrer tous les fils à l’aide d’une aiguille.

 

Pose de la bandoulière

Coudre la ceinture de chaque côté.

détails couture de la sangle lebazardemilipuce.jpg

 

A nous le soleil et le farniente !

sac crochet attandant les vacances le bazar de milipuce.jpg

 

Avant les vacances, une petite sélection des DIY réalisés ces derniers mois

Vendredi, chéri d’amour, poulettes 1 et 2 et moi-même nous partons dans les Alpes pour une semaine de détente (pas de caddie à remplir, pas de repas à préparer et zéro ménage à faire… le rêve). En attendant la publication d’un nouveau tutoriel, je vous fais une petite sélection de mes précédents DIY et pour que cela soit un peu plus amusant, je le fais sous le mode « le plus ».

DIY « le plus rose flashy qu’un flamant rose qui s’est gavé de crevettes et frôle l’indigestion » alias La veilleuse Princesse Poppy

veilleuse princesse poppy

J’ai réalisé cette veilleuse dans le cadre du Projet DIY #20. Tout est parti d’une simple boîte de Vanish et j’ai déniché les autres composants en fouillant le grenier et les placards. Un DIY très simple et peu coûteux et qui a ravi les 2 poulettes.

 

 

 

DIY « le plus Je s’appelle Groot que le Je s’appelle Groot original » alias Baby Groot

 

 

En bonne geekette, je craque littéralement sur le personnage de Groot. Pour lui rendre hommage, j’ai appris à crocheter. Après des semaines de galère et d’agacement, mon baby Groot a vu le jour. Je le trouve trop chou malgré ses petits défauts.

J’ai utilisé le tuto de 53Stitches (pour retrouver le lien vers le tuto original et découvrir ma traduction, cliquez ici).

Depuis la réalisation de baby Groot, le crochet est entré dans ma vie.

DIY « le plus fait à l’arrache » alias l’embout à crayon et le porte-clefs au crochet

DSC_0976

C’est désormais de notoriété publique (bon en tout cas pour ceux et celles qui me côtoient ou ont l’habitude de me lire) je ne sais pas faire les choses de manière organisée et anticipée. Les cadeaux de fin d’année pour la maîtresse et l’ATSEM n’ont pas échappé à la règle. Au final, je suis plutôt contente de mes petites réalisations adaptées d’un tuto de Cologurumi… Bon j’avoue que je dois vraiment m’améliorer niveau broderie !

DIY le plus « ne vous fiez pas à mes couleurs chatoyantes et mon look frais, à l’intérieur je souffre et ma vie n’est que désespoir » alias Tawashi ananas

 

 

Mes piètres talents de brodeuse se sont encore abattus sur un pauvre amigurumi qui n’en demandait pas tant. Ses yeux de chien battu sous tranquillisants ne sont pas volontaires. J’aurai pu les refaire mais j’ai décidé d’assumer. Au final, je l’adore malgré son regard torve qui me fait atrocement culpabiliser… à tel point que mon ananasponge n’a encore jamais rencontré une assiette sale ou un filet de liquide vaisselle. Elle semble déjà tellement en baver dans la vie, je ne veux pas la faire souffrir inutilement, non mais !

DIY « toi + moi » …+ lui + elle + tous ceux qui sont seuls …alias les broches duos

broches duo lebazardemilipuce

Le plastique dingue aura occupé une grande partie de ma vie pendant plusieurs semaines. J’ai publié beaucoup de tutos sur Ouiaremakers dans le cadre du Challenge Plastique Dingue proposé en partenariat avec Graine Créative. J’ai choisi de parler uniquement de mes petites broches duos car c’est le DIY le plus simple et qui est déclinable à l’infini.

DIY « les plus j’enfile des perles, je galère et alors »

Après le crochet, j’ai relevé un nouveau défi : apprendre à tisser.

J’ai opté pour un kit tout prêt et évidemment, j’ai bien galéré (récit de mes déboires ici). Mais comme pour le crochet, j’y ai pris goût et j’ai récidivé en me fixant un autre défi : créer mon propre diagramme pour réaliser mes créoles perroquets. Présentées dans le cadre du Challenge par équipe de Ouiaremakers, elles ont remporté le deuxième prix du Concours Tropical de Créavéa. Surprise, heureuse, étonnée, contente, incrédule, au bord de la crise d’hystérie : voilà mon état durant les 30 secondes qui ont suivi la lecture des résultats.

 

 

 

DIY « le plus aimé par chéri chéri d’amour  » alias le décapsuleur mural en palettes 

 

 

 

Pour la fête des pères, il me fallait être à la hauteur. J’ai trouvé l’idée un peu tardivement et comme j’ai commencé à réaliser le décapsuleur la veille du jour J, chéri chéri a grillé ce que je faisais. Effet de surprise : zéro ! Du coup, papa d’amour a pu donner son avis et comme la frustration de ne pas aller au Hellfest était grande, il a commandé un décapsuleur mural aux couleurs du festival.