DIY bijoux : collection « récréation » #1

Pour le Projet DIY #20 Retour en enfance, ma première idée était de créer plusieurs bijoux sur le thème de la récréation. Parce que petite, j’étais du genre à adorer l’école (et plus grande aussi d’ailleurs).

Pour moi, septembre était synonyme de

  • rentrée scolaire
  • fournitures (ah les feutres, les stylos bic et le pot de colle Cléopatra tout neuf!)
  • anniversaire
  • retrouvailles avec les copines et…
  • récréation !

Pour être honnête, la récréation pouvait vite tourner au cauchemar pour moi. Zéro coordination, aucun souffle, des jambes pas foutues de courir sans chuter à tel point qu’en CE, des maternelles arrivaient à me rattraper au jeu du facteur ! Et pourtant, cela reste de bons souvenirs. La corde à sauter, l’élastique, Un deux trois soleil, les avions en papier pliés en catimini pendant les cours…

Ah, en rédigeant ces mots, je me dis que mes bijoux « récré » n’étaient pas une si mauvaise idée ! Mais ma tête étant un vrai bazar, j’ai décidé (la boule au ventre et toujours assez peu convaincue) de participer avec un autre tuto, la veilleuse Princesse Poppy.

Allez, j’arrête de ruminer ma névrose. L’heure est venue de vous présenter les petits objets qui m’ont tant tracassée durant ces trois interminables semaines.

#1 Collier « corde à sauter »

Pour ce collier, j’ai trouvé un très joli dessin libre de droit mais vous pouvez trouver ou  dessiner votre propre modèle.

Matériel

matériel.jpg

  • une feuille de plastique dingue Graine créative
  • des ciseaux
  • une chaîne et un fermoir
  • des anneaux brisés
  • du vernis à ongle
  • du vernis en spray
  • des pinces à bijoux (coupante et à bec)
  • four / plaque / aluminium

Étapes

  1. Tracez les contours de votre modèle sur le plastique fou.

DSC_0128.JPG

2. Découpez délicatement.

DSC_0130

3. A l’aide de la perforeuse, faites un trou dans chaque main.

DSC_0131.JPG

4. Mettez votre création sur une plaque recouverte de papier aluminium et suivez les indications de cuisson fournies par le fabricant.

 

Le plastique rétrécit et se tord dans tous les sens (c’est très drôle à regarder mais un peu flippant !)

Lorsqu’il est de nouveau plat, la cuisson est terminée. Sortez rapidement la plaque du four et posez un objet lourd (une plat par exemple)sur votre création.

5. Lorsque le plastique est bien froid, vous pouvez appliquer le vernis à ongles. Attendez le séchage complet entre chaque couche.

6. Vaporisez une couche de vernis en spray

DSC_0002_1.JPG

Il faut bien compter une journée de séchage pour chaque côté.

7. Préparez la chaîne.

Coupez deux morceaux de 27 cm et fixez le fermoir.

8. Ouvrez les anneaux brisés à l’aide des pinces.

DSC_0085_1.JPG

Chaque anneau doit être insérer dans un trou puis dans la chaîne.

DSC_0087_1.JPG

Refermez l’anneau à l’aide des pinces.

CORDE A SAUTER EH EH !!!

collier

DSC_0104_1

DSC_0105_1

N’hésitez pas à m’envoyer vos questions et les photos de vos réalisations !

Le bijou « récréation » #2 arrive très prochainement.

A bientôt

 

 

 

 

 

 

Perles miyuki : test du kit « Jewellery Made by Me » de Rico Design

J’avais teasé sur Instagram la réalisation d’un nouveau DIY à base de perles miyuki (waouh je me sens trop jeune lorsque j’écris ce genre de phrases).

Évidemment, comme j’ai la poisse en ce moment, mon plan ne s’est pas déroulé sans accroc (clin d’œil à l’Agence tout risque…si si j’assume).

J’ai acheté mon kit dans mon magasin de loisirs créatifs préféré : Créattitude. Je n’étais pas venu pour ça mais la photo sur l’emballage m’a fait du gringue. Et puis le prix était minime et cela me permettait de tester le tissage de perles miyuki sans trop investir.

A l’ouverture, cela se présente ainsi :

DSC_0344_1

  • des perles
  • du fil
  • deux aiguilles à tisser
  • une chaîne
  • des fermoirs et des anneaux
  • un fascicule explicatif

Parlons de la réalisation qui comme je vous l’annonçais n’a pas été de tout repos

Premier couac et non des moindres (en fait tous les autres découlent de lui) : le niveau de difficulté

Je n’avais pas fait attention aux petites étoiles jaunes dessinées sur l’emballage. Et oui, trois étoiles = très difficile ! Donc lorsque vous n’avez jamais enfilé de perles de votre vie, cela ne présage rien de bon.

J’ai recommencé…cinq, six, sept fois ? Euh… j’ai arrêté de compter mais j’ai pris quelques photos de mes plantages. Petit florilège…

DSC_0071[1].JPG
les motifs ne sont pas bons et à gauche, les perles ne doivent pas former une ligne ! Vous les voyez les petites étoiles ? Ce ne sont pas les tatouages du mannequin, je vous le dis !
Toujours chelou !
Le motif est toujours …bah foiré… y’a pas d’autres mots !

Comme je n’avais aucune technique et que je n’ai pas pris le temps de regarder des tutos sur Youtube, j’ai mis un peu de temps à comprendre pourquoi je n’avais pas le même rendu que sur la photographie (qui est franchement minuscule).

Finalement, j’ai réussi à piger le truc et mon flamant rose a commencé à prendre forme… et plutôt rapidement (ça compensait les heures de galère précédentes!).

Je n’ai pas fait la danse de la victoire mais j’aurais pu
Je vois la tête, madame !
Encore un petit effort! vous y êtes presque ! (oui j’ai les fusibles qui sautent mais après 10 heures de travail sans péridurale pour accoucher d’un flamant rose, j’ai le droit !)

Deuxième couac : le montage des pattes.

Là aussi, mon manque de technique est en cause (et puis après sept heures passées à tisser, mes neurones vrillaient). Les pattounettes de flamingo tournicotant dans tous les sens, j’en ai monté une à l’envers. Et comme j’avais déjà rentré le fil et bien j’ai de nouveau sorti les rames. Et puis, je n’avais pas laissé suffisamment de fil pour l’assemblage. J’ai fait ce que j’ai pu et je croise les doigts et les aiguilles en espérant que la patte droite reste à sa place.

Troisième couac (et là je n’y suis pour rien !!!!) : la chaîne est trop petite

Et oui, quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. Je sors la chaîne de l’emballage après une journée à tisser et à perdre quelques cheveux et je me dis que cela ne fera jamais le tour de mon cou. Le fascicule indique de couper la chaîne pour obtenir deux morceaux de 32 cm. Ma chaîne fait 39 cm de longueur. Alors certes, je ne vois pas les 3 minuscules étoiles dessinées sur l’emballage mais là c’est suffisamment gros pour que je décèle une embrouille.

Mardi c’est donc « mission : Créattitude ». J’en suis à un stade où je ne trépigne même plus d’impatience. Je suis plutôt en mode « fataliste », genre « c’est le jeu ma pauvre Lucette ».

Bon, puisqu’il faut conclure sur une note positive, je vous en donne deux :

  • le tissage de perles, c’est top ! Il faut juste se lancer et après les premiers moments de flottement, cela devient vraiment amusant. Et puis, le rendu est très joli.
  • les kits sont une bonne solution pour les novices qui veulent tester le tissage (bon il ne faut pas suivre mon exemple. Choisissez un niveau de difficulté adapté !!!).

Et en bonus, un petit bémol : Attention !!! le kit contient juste ce qu’il faut de perles ! Pas une de plus, pas une de moins (bien sûr j’en ai perdu une mais cela ne valait même pas une mention « couac ». En plus, je me suis un peu planté dans la lecture du diagramme et à la fin, j’avais deux perles « en trop »)

Conseils :

  • Si vous ne trouvez pas de kit à votre goût, il existe des tonnes de blogs et vidéos YouTube qui proposent des tutoriels et des modèles.
  • Le plus difficile (après la technique de tissage bien sûr) est de ne pas emmêler son fil. Soyez donc très rigoureux et délicat à la fois. Et si vraiment, votre fil vous joue un sale tour, munissez-vous d’une aiguille à coudre pour vous aider à desserrer le nœud.
  • J’ai utilisé un petit pot refermable pour stocker mes perles et le reste de mon matériel ce qui s’est avéré être un bon plan.

Des sautoirs à pompons à fabriquer soi-même 

Avant de reprendre les pinceaux, je me lance dans un projet simple: la fabrication de sautoirs à pompon (en réalité ce sont des glands mais bon dire « je fabrique des sautoirs à gland » bah c’est tout de même un peu vulgaire et cela pourrait tromper certains lecteurs sur le contenu de mon blog 😉). 

Pour le matériel, j’avais déjà tout sous la main 

  • Du fil à broder acheté chez Action 
  • Des anneaux et des tiges commandés sur le site creava 
  • Des perles 
  • Une chaînette achetée chez creattiude 

De ce fait, je n’ai aucune idée du coût total. 

Evidemment il est possible d’utiliser du fil à broder et non une chaîne ce qui limitera considérablement les frais car c’est ce qui est le plus cher. 

Pour fabriquer le pompon, j’ai utilisé le fil et une petite carte de visite BabydOly.  J’ai enroulé et enroulé et enroulé le fil autour.  

J’ai ensuite mis l’anneau, la tige et les perles.


Pour le violet, j’ai séparé les brins du fil pour gagner en volume.  

 Et enfin j’ai fixé sur la chaîne et…

C’est tout.  


Simple et mignon… Numéro un est déjà à l’affût pour s’en emparer ! 

Modèles d’hirondelles en perles hama… Collier printanier. 

Spring is coming…

Et oui si l’hiver arrive le 16 juillet pour les fans de Game of thrones, le printemps est annoncé pour le 20 mars prochain.

Et pour l’occasion, j’ai sorti les mini perles hama. Mon idée de départ ? Réaliser un petit bijou de saison et plus précisément une paire de boucles d’oreille en forme d’hirondelle.

Étant relativement novice, j’ai l’habitude de suivre les modèles trouvés sur Pinterest sans dévier ne serait-ce que d’une seule perle. Mais pour une fois je n’ai pas trouvé mon bonheur dans l’existant et j’ai dû improviser.

Tout d’abord voici les croquis qui m’ont servi de base.

En tâtonnant, je suis parvenue à ces résultats

Comme je ne suis pas friande des boucles d’oreilles trop volumineuses, j’ai finalement abandonné mon idée première et j’ai opté pour le plan b… Un petit collier tout simple et annonciateur des beaux jours !