Défi de Coeur citron : flamant rose en miyuki

Bonjour

le mois d’avril s’achève sur une journée de pluie. Heureusement, grâce au défi proposé par Emilie (connue sous le nom de Cœur Citron), je vais vous exploser les mirettes avec un condensé de couleurs flashy. Le thème du mois était #lesflamantsmiyuki et le rose était donc de rigueur. J’ai créé trois diagrammes mais je n’en ai tissé que deux (pas eu le temps de faire plus, snif). Je vous les montre ?

Mais avant, je vous renvoie à mon premier article sur les miyuki (c’était il y a un an et je tissais déjà un flamant rose… et j’avais envie de le zigouiller ! J’ai des circonstances atténuantes messieurs, mesdames les juges…)

alice et le flamant rose le bazar de milipuce motif protégé

En diagramme :

alice et le flamant rose bazar milipuce2

Ma seconde participation

le bazar de milipuce flamant rose motif protégé

fr bs decolle le bazar de milipuce2

Il s’est fait étrangler une paire de fois pendant le tissage (la faute à son long cou et ses pattes sans fin).

Je vous montre bientôt d’autres créations : au programme, une princesse à queue de poisson et des couleurs printanières.

Au fait, le concours spécial Lama Luiza est fini… Bravo à Agnès et Sandra !

bises

Perles miyuki : test du kit « Jewellery Made by Me » de Rico Design

J’avais teasé sur Instagram la réalisation d’un nouveau DIY à base de perles miyuki (waouh je me sens trop jeune lorsque j’écris ce genre de phrases).

Évidemment, comme j’ai la poisse en ce moment, mon plan ne s’est pas déroulé sans accroc (clin d’œil à l’Agence tout risque…si si j’assume).

J’ai acheté mon kit dans mon magasin de loisirs créatifs préféré : Créattitude. Je n’étais pas venu pour ça mais la photo sur l’emballage m’a fait du gringue. Et puis le prix était minime et cela me permettait de tester le tissage de perles miyuki sans trop investir.

A l’ouverture, cela se présente ainsi :

DSC_0344_1

  • des perles
  • du fil
  • deux aiguilles à tisser
  • une chaîne
  • des fermoirs et des anneaux
  • un fascicule explicatif

Parlons de la réalisation qui comme je vous l’annonçais n’a pas été de tout repos

Premier couac et non des moindres (en fait tous les autres découlent de lui) : le niveau de difficulté

Je n’avais pas fait attention aux petites étoiles jaunes dessinées sur l’emballage. Et oui, trois étoiles = très difficile ! Donc lorsque vous n’avez jamais enfilé de perles de votre vie, cela ne présage rien de bon.

J’ai recommencé…cinq, six, sept fois ? Euh… j’ai arrêté de compter mais j’ai pris quelques photos de mes plantages. Petit florilège…

DSC_0071[1].JPG
les motifs ne sont pas bons et à gauche, les perles ne doivent pas former une ligne ! Vous les voyez les petites étoiles ? Ce ne sont pas les tatouages du mannequin, je vous le dis !
Toujours chelou !
Le motif est toujours …bah foiré… y’a pas d’autres mots !

Comme je n’avais aucune technique et que je n’ai pas pris le temps de regarder des tutos sur Youtube, j’ai mis un peu de temps à comprendre pourquoi je n’avais pas le même rendu que sur la photographie (qui est franchement minuscule).

Finalement, j’ai réussi à piger le truc et mon flamant rose a commencé à prendre forme… et plutôt rapidement (ça compensait les heures de galère précédentes!).

Je n’ai pas fait la danse de la victoire mais j’aurais pu
Je vois la tête, madame !
Encore un petit effort! vous y êtes presque ! (oui j’ai les fusibles qui sautent mais après 10 heures de travail sans péridurale pour accoucher d’un flamant rose, j’ai le droit !)

Deuxième couac : le montage des pattes.

Là aussi, mon manque de technique est en cause (et puis après sept heures passées à tisser, mes neurones vrillaient). Les pattounettes de flamingo tournicotant dans tous les sens, j’en ai monté une à l’envers. Et comme j’avais déjà rentré le fil et bien j’ai de nouveau sorti les rames. Et puis, je n’avais pas laissé suffisamment de fil pour l’assemblage. J’ai fait ce que j’ai pu et je croise les doigts et les aiguilles en espérant que la patte droite reste à sa place.

Troisième couac (et là je n’y suis pour rien !!!!) : la chaîne est trop petite

Et oui, quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. Je sors la chaîne de l’emballage après une journée à tisser et à perdre quelques cheveux et je me dis que cela ne fera jamais le tour de mon cou. Le fascicule indique de couper la chaîne pour obtenir deux morceaux de 32 cm. Ma chaîne fait 39 cm de longueur. Alors certes, je ne vois pas les 3 minuscules étoiles dessinées sur l’emballage mais là c’est suffisamment gros pour que je décèle une embrouille.

Mardi c’est donc « mission : Créattitude ». J’en suis à un stade où je ne trépigne même plus d’impatience. Je suis plutôt en mode « fataliste », genre « c’est le jeu ma pauvre Lucette ».

Bon, puisqu’il faut conclure sur une note positive, je vous en donne deux :

  • le tissage de perles, c’est top ! Il faut juste se lancer et après les premiers moments de flottement, cela devient vraiment amusant. Et puis, le rendu est très joli.
  • les kits sont une bonne solution pour les novices qui veulent tester le tissage (bon il ne faut pas suivre mon exemple. Choisissez un niveau de difficulté adapté !!!).

Et en bonus, un petit bémol : Attention !!! le kit contient juste ce qu’il faut de perles ! Pas une de plus, pas une de moins (bien sûr j’en ai perdu une mais cela ne valait même pas une mention « couac ». En plus, je me suis un peu planté dans la lecture du diagramme et à la fin, j’avais deux perles « en trop »)

Conseils :

  • Si vous ne trouvez pas de kit à votre goût, il existe des tonnes de blogs et vidéos YouTube qui proposent des tutoriels et des modèles.
  • Le plus difficile (après la technique de tissage bien sûr) est de ne pas emmêler son fil. Soyez donc très rigoureux et délicat à la fois. Et si vraiment, votre fil vous joue un sale tour, munissez-vous d’une aiguille à coudre pour vous aider à desserrer le nœud.
  • J’ai utilisé un petit pot refermable pour stocker mes perles et le reste de mon matériel ce qui s’est avéré être un bon plan.