Bonne rentrée ! Le changement, c’est maintenant !

Bonjour tout le monde

alors, cette rentrée ? Bien, bof ou carrément beurk ? Vous avez des projets ? De bonnes résolutions ? Je ne sais pas si c’est votre cas mais pour moi, septembre est synonyme de « nouvelles habitudes pour une nouvelle vie ».

Donc, cette année sera l’année de la reprise du sport ou ne sera pas. Mon programme est simple et il a fait ses preuves il y a 3 ans (4 ans? je ne me souviens plus…). J’avais commencé en douceur avec une séance de natation par semaine, puis une séance ou deux de courses à pieds et enfin du renforcement musculaire.

Là, vous vous dites que je devais avoir un coach, une femme de ménage, un cuisinier et un majordome pour arriver à faire du sport 3 à 4 fois par semaine. Bah non et c’est bien pour cela que je me laisse aller depuis 1 an et demi/2 ans. Du boulot et des obligations par dessus la tête et une motivation dans les chaussettes = des kilos en plus sur la balance  et une estime de moi-même franchement pâlichonne. Alors pourquoi suis-je tombée si bas après tant d’efforts pour retrouver une hygiène de vie convenable ?

A l’époque, mes sessions de sport étaient calées dans mon emploi du temps et je m’y tenais !!! Je les voyais comme MES moments à MOI, des petites bulles de bien-être dans lesquelles les contraintes du quotidien n’avaient pas le droit d’entrer. Et puis, le stress, les changements de rythme, le mental en berne ont fait que tout a chaviré : les créneaux n’étaient plus aussi pratiques (enfin, selon moi), les bonnes habitudes ont laissé la place aux mauvaises, mon cerveau privé d’endorphines a ordonné à mon corps de végéter.

DSC_0278
Loki est méga motivé !! Posture du chien le dos au sol parfaitement exécutée ! 

 

 

Donc cette année, nouvelle organisation familiale = plus d’excuses pour se la couler douce = tu vas bouger ton popotin ma mémère !

Si comme moi, vous souhaitez profiter de la rentrée pour partir du bon pied et entrer dans un « cercle vertueux », je vous donne quelques conseils (y a pas de quoi casser trois pattes à un canard mais des fois cela fait du bien de s’entendre dire des évidences).

  • Listez les activités physiques que vous appréciez, qui vous intéressent, que vous avez déjà testées, que vous aimeriez essayer.
  • Éliminez les activités qui vous semblent incompatibles avec votre emploi du temps, vos finances, votre état de santé, votre tempérament (et soyez honnêtes envers vous-même !).
  • Vous devez normalement arriver à une liste de deux ou trois activités qui répondent à ces critères : motivation, faisabilité (finance, temps), adéquation (à votre état physique).
  • Posez votre emploi du temps bien à plat devant vous et calez vos créneaux sans être trop ambitieux (se dire qu’on va faire du sport tous les jours pendant 2 heures, euh… bah c’est juste pas possible pour une personne lambda).
  • Durant l’année, pas d’excuses : les affaires sont toujours prêtes, votre ou vos créneaux sont des zones « interdites », ineffaçables.
  • De temps en temps, tentez quelque chose de nouveau ou fixez vous un petit défi.

 

Je vous donne mon programme :

  • le vendredi après-midi : natation (1h) (compte-tenu de mon surpoids actuel, je sais que cette activité est la plus adaptée pour moi. Etre dans l’eau m’apporte beaucoup de bien-être même si en ce moment, je n’ai pas spécialement envie de me mettre en maillot de bain).
  • le mardi et/ou le samedi : marche/course à pieds (30 minutes à 1h)
  • un midi par semaine (mercredi ou jeudi) : renforcement et cardio avec une copine (30 minutes)
  • dès que possible : yoga (5,10 minutes ou plus)

Cela peut paraître beaucoup mais je compte y aller progressivement. Et surtout, j’ai essayé de caser mes créneaux de sport sur ceux de mes filles. J’optimise au maximum les plages disponibles. Et puis, le drive va redevenir mon meilleur ami.

Je me suis également prévue des plans B. En cas d’intempérie, j’ai un vélo d’appartement et une corde à sauter (hé hé).

Attention aux activités extérieures programmées tôt le matin ou tard le soir !! En hiver, lorsque les journées raccourcissent, il n’est pas évident de courir, de marcher ou de pédaler en toute sécurité. Donc soit on a le matériel qui va bien (frontale, gadget qui clignote et compagnie) et on se trouve un terrain de jeux sécurisé (stade, parc), soit on change son créneau. Le tout est d’anticiper !

Avez-vous des astuces pour vous organiser au quotidien et prendre soin de vous ? Partagez-les en laissant un commentaire !

 

DSC_2253

DSC_2254
Courir ou jouer avec des pommes de terre ? Les deux mon capitaine !

 

DIY spécial « Rentrée des classes » : une pochette à crayons

Parfois, mes créations sont réfléchies depuis des mois et parfois elles sont dues à des concours de circonstances. Un besoin rencontre un matériau ou inversement et paf ça ne fait pas des Chocapics mais une veilleuse Poppy ou une assise cosy pour le salon. « Ma » pochette réalisée au crochet fait partie de ces réalisations inopinées.

Mardi, poulette numéro 1 est venue me voir avec un problème existentiel dont elle a le secret, à savoir toutes ses trousses ont disparu de la surface de la Terre. Me voilà donc face à un mystère du genre « chaussettes dévorées par le monstre de la machine à laver »  ou « jouets sortant tout seuls des placards ». Réponse de la mère qui en a vu d’autres : « ça doit être au grenier ». Parade de la fille qui en a vu aussi : « j’ai trouvé ça sur Youtube ». Et évidemment quand je vois le titre de la vidéo « je teste des DIY de Pinterest », ça me titille. Alors, le DIY en question était certes sympathique mais la création (une trousse réalisée avec un sac congélation zippé et du masking tape) ne m’a pas semblé pérenne. Et puis, l’idée de réaliser une petite pochette au tricot ou au crochet était nettement plus tentante que de farfouiller dans le grenier. J’ai lancé l’idée et comme la poulette n’est pas sourde et partage une partie de mon ADN (le côté obsessionnel), elle est revenue à la charge dès le lendemain de manière très subtile (elle a dégoté un sac congélation je ne sais où et l’a laissé en évidence sur la table de la cuisine). Comme je suis la mère de ma fille et que je suis assez obsessionnelle également, j’ai cherché toute la nuit avec quoi et comment confectionner la dite pochette. La solution est apparue comme par miracle en lisant un article sur la laine Mixed de la marque Action  et en voyant le superbe châle de By Freija et son dégradé de couleurs canon. Et comme, j’avais deux pelotes en stock (oui oui les fameuses pelotes achetées compulsivement « au cas où » bah voilà à quoi elles servent !), j’ai attaqué dans la foulée.

Pochette au crochet par le Bazar de Milipuce
Pochette au crochet par le Bazar de Milipuce

J’ai gardé l’idée du sac congélation zippé pour éviter que des feutres mal rebouchés ne gâchent mon œuvre.

Matériel

matériel pochette le bazar de milipuce.jpg

  • laine mixed achetée chez Action
  • crochet numéro 3
  • sac congélation zippé
  • ciseaux
  • aiguille

Étapes

  • Crochetez une chaînette de la largeur du sac congélation ou de 2.5 fois sa hauteur  (je vous conseille cette option car l’assemblage sera plus simple. J’ai opté pour une réalisation sur la largeur et j’ai eu plus de difficulté pour assembler les côtés !)
  • Crochetez chaque rang en réalisant des brides.
  • Arrêtez le travail lorsque vous avez atteint les bonnes dimensions
  • Assemblez à l’aide du crochet ou de l’aiguille
  • Rentrez les fils
  • Réalisez le petit nœud (chainette de 14 mailles, 2 rangs de bride)
  • Fixez le nœud
  • Insérez le sac congélation dans la pochette
  • Le remplir

début de la pochettedégradé de couleurs laine action

DSC_2180DSC_2186DSC_2190DSC_2196DSC_2200DSC_2207

J’ai crocheté comme une acharnée sous la surveillance de ma poulette trop impatiente d’obtenir sa trousse. Elle a tenu le fil, elle a mesuré, elle a fait son air « je suis lasse d’attendre » et elle a fait ce qu’elle fait le mieux : blablater encore et encore. Elle a lâché l’affaire lorsque l’après-midi est arrivée apportant avec elle une flopée de copines. Et voilà, la mission est remplie, la pochette est achevée. Réaction de la poulette qui passait par là : un petit « elle est jolie » et que je te cours rejoindre les copines. Mouais, j’aurais peut-être dû farfouiller dans le grenier…

Ou je vais peut-être la garder pour moi cette petite pochette. Je te vire les feutres et je te la remplis de vernis à ongles et de rouges à lèvres en deux temps trois mouvements. Dans deux ans, poulette numéro 1, en bonne ado fashionista, le fera de toute façon !

Pour finir, je partage avec vous une petite réflexion sur mes progrès en crochet. Pendant la réalisation de cette pochette, j’étais très satisfaite parce que j’avais l’impression de crocheter un peu comme les youtubeuses que je regardais il y a quelques semaines. A l’époque, je voulais crocheter mon BabyGroot et je m’arrachais littéralement la tignasse en enviant ses déesses du crochet qui me narguait avec leurs petits doigts agiles. Cinq ou six mois plus tard, je me sens plus à l’aise et je crochète presque avec les mêmes automatismes que lorsque je tricote.

C’est franchement très agréable de ne plus me grattouiller le crâne en essayant de comprendre pourquoi mon bidule ne ressemble pas au modèle. Et je ne parle pas du « ouf » de soulagement poussé à chaque maille serrée réalisée ni de la langue qui dépasse des dents (mimique qui me fait une tête de niaise et qui rend chéri d’amour trop chou… ça marche aussi pour les rides ! mouais, la vie est injuste).

Donc si vous hésitez à vous lancer, je vous dis juste « essayez ! ». Les premiers pas sont un peu laborieux mais avec de la pratique, les progrès sont rapides. Le crochet est beaucoup plus accessible que le tricot et plus facilement transportable. Et à l’ère d’internet et de Youtube, il est vraiment très facile de trouver des tutoriels et des explications pour apprendre les techniques.

A plus