Bonnet loose : modèle de Lidia crochet

Bonsoir bonsoir (ou bonjour bonjour),

si vous lisez régulièrement ce blog, vous savez que je suis légèrement obsessionnelle. Je flashe sur quelque chose et l’idée de le créer, de le customiser (ou de lui faire des trucs pas nets) ne me lâche plus. Sachez que je suis également la reine des girouettes : une obsession en chasse vite une autre et je me retrouve avec des encours en veux-tu en voilà !

IMAG0391.jpg

Début septembre, mon obsession s’appelait « manteau oversize« . Je me donnais un mois pour le mener à bien et franchement j’aurais pu le finir en à peine 20 jours si je n’avais pas fait un court séjour chez belle-maman et ses bonnets de la tentation. L’histoire est simple : belle-maman, nouvelle accro au crochet, produit en série de superbes bonnets en suivant les tutoriels de Lidia crochet tricot… et moi, je suis une vilaine envieuse ! La tentation était d’autant plus forte que la réalisation était annoncée par ma jolie maman comme ultra-rapide. Ce ne serait donc qu’une petite pause ??!!! Allez, le manteau peut bien attendre.

bonnet de belle maman le bazar de milipuce.jpg
Bonnet réalisé par ma belle-maman

Vous sentez venir les embrouilles ? Avec moi, « Vite fait »  rime toujours avec « couac couac ». Donc leçons à retenir : la queue de cheval augmente sérieusement le périmètre crânien, l’utilisation d’un mètre est fortement conseillée, le miroir est un ami, (tu n’es pas la reine de cœur de Tim Burton).

le bazar de milipuce bonnet loose

Vous l’aurez compris, après de longues heures de crochetage, j’ai enfilé la bête et ma tête de gl… s’est retrouvée dissimulée par un joli préservatif laineux.

IMAG0399
version 1

Allez, quand on a un seul neurone, on a dix doigts… Et c’est reparti pour un tour. Point positif : je connais le modèle par cœur. Autre point positif : bonnet moins grand égal bonnet plus rapide à crocheter !

J’ai fini mon second bonnet hier soir à minuit et en le découvrant ce matin, je constate qu’il est toujours un peu large ! Je reprends mon crochet et je me dis jamais deux sans trois. Et puis, après dix minutes, j’envoie valser le « tentateur ». Faut être un peu raisonnable, non ? Mon manteau ne va pas se terminer tout seul : il reste une pauvre manche à crocheter, faut y aller ma fille !

Et puis, je l’aime bien comme cela mon bonnet tombant.

Vous pouvez retrouver le tutoriel en vidéo en cliquant ici. Pour information, j’ai choisi de m’arrêter au rang 24 et de refermer à ce niveau. Cela donne un effet « béret » qui me convient plus.

Allez comme je ne suis pas à une situation honteuse près, je vous délivre un petit selfie.

bonnet le bazar de milipuce
le sourire un peu crispé de celle qui n’assume pas de s’afficher sur son blog, il est cadeau.

PS : j’ai oublié de préciser que pour la version 1 (celle qui dissimule entièrement mon visage), j’ai crocheté une chaînette de 96 mailles et pour la version 2 (un peu/beaucoup loose), j’ai crocheté 80 mailles. De plus, ma laine étant assez épaisse, j’ai utilisé un crochet 4 mm (et pas un 3 mm comme dans la vidéo).

 

Mes projets mode pour cet hiver : tricot

Bonjour chers gentils lecteurs, 

alors cette rentrée ? Pas trop difficile ? Moi, je me remonte le moral en fouinant sur les blogs, les magazines et Pinterest à la recherche de jolis patrons à réaliser. Et nouveauté de la rentrée, je prospecte dans les catégories « Tricot », « crochet  » et… « COUTURE » !!! Parce que oui, ça y est : j’ai ma SilverCrest ! Ma mésaventure « couturesque » se conjugue désormais au passé. A moi, les joies de la confection maison.

Après mes bonnes résolutions sportives, je vous parle donc de mes projets créatifs et plus particulièrement de mes projets Mode en tricot/crochet (je vous présenterai mes projets couture plus tard, faut déjà que j’apprivoise la bête qui est toujours dans son carton ! Elle m’impressionne trop).

Cette année, j’ai décidé de confectionner au maximum mes vêtements et accessoires de mode. Cela va me demander pas mal de temps et de motivation mais les bénéfices seront à la mesure de mon investissement (enfin, j’espère). Tout d’abord, j’aurai des vêtements de bonne qualité, avec de belles finitions (tout au moins pour le tricot parce que pour la couture je ne m’avance pas trop !) et j’espère peu coûteux. Enfin, j’aurai une garde-robe à mon goût, sur-mesure et qui durera probablement plus d’une saison.

Je vous montre les modèles qui me font envie. Et comme je suis maman de 2 petites filles, j’ai également prévu quelques confections pour les poulettes.

TRICOT

Le manteau 3/4 oversize de chez Phildar

Je l’ai vu sur le blog de Aiguille Coupon Ciseaux et là je suis tombée amoureuse de la veste et de l’idée de réaliser une grosse pièce au crochet (parce que les amigurumi et compagnie c’est très mignon mais ça n’habille pas son homme !)

manteau oversize phildar
Manteau oversize de chez Phildar

Le catalogue oversize date un peu mais il reste disponible à l’achat sur le site Phildar et aussi dans certaines boutiques. Le dos est déjà terminé et j’espère pouvoir tenir le rythme pour me nicher dans ce gros manteau au plus tard mi-octobre (je compte donc le réaliser en un mois maximum). Je n’ai pas opté pour le coloris de la photographie mais pour un gris foncé (le point fantaisie est moins mis en valeur mais j’avais envie d’un coloris indémodable… enfin surtout qui me plaira encore dans 2-3 ans !). Je vous montre le résultat très vite.

 

Un poncho pour les poulettes (de chez Phildar)

En allant chercher mon catalogue oversize, j’ai fait un petit tour dans la boutique. Les mini-catalogues nouvellement sortis m’ont fait de l’oeil et j’ai craqué sur le n°674 qui propose de très jolis modèles pour les enfants.

poncho phildar
crédits photo Phildar

J’ai trouvé que le poncho était le projet idéal pour faire plaisir aux poulettes :

  • hyper-simple à tricoter  (et donc hyper simple à tricoter 2 FOIS!),
  • tendance grâce aux franges
  • chaud mais pas trop couvrant pour mes deux miss qui ont toujours le thermostat à fond.

Si j’opte pour la qualité PHIL LOOPING, le plus difficile sera de choisir le coloris. Les 28 couleurs disponibles sont toutes plus belles les unes que les autres (j’aime particulièrement les tons pastels). 

Le pull court au point mousse (toujours Phildar!)

 

Bon, une fois que j’aurai achevé les deux ponchos, j’aurai bien mérité de penser à moi, hein ??!!

Je veux un gros pull facile à tricoter, à porter et bien chaud. Et j’ai trouvé mon bonheur dans le catalogue oversize de Phildar.

pull point mousse
crédit photo Phildar

 

Les petites pièces

 

Côté accessoires, il me faut tricoter de nouveaux head-bands car ceux réalisés l’année dernière ont été volés par les poulettes (vous pouvez retrouver les explications ici et si vous pouvez faire preuve d’indulgence ce serait gentil. Mes premiers articles étaient loin d’être au top !) .

J’aimerai également tester le modèle de turban rétro vu l’hiver dernier sur Pinterest et qui est resté à l’état d’envie. 

turban-des-petits-hauts
photo Marie-Claire Idées

Voilà pour mes envies tricot/crochet de cet automne. D’autres modèles viendront certainement me titiller les aiguilles dans les mois à venir. Mais je veux au moins réaliser ces quelques modèles.

Je vous retrouve vite pour vous présenter mes projets COUTURE.

A bientôt mes gentils lecteurs

PS : vous remarquerez qu’aujourd’hui les illustrations sont de grande qualité… normal, elles ne sont pas de moi (d’ailleurs, j’espère que je n’aurai pas de procès aux fesses ?? je n’ai pas envie de me fâcher avec Phildar et Marie-Claire Idées). J’ai trouvé la photo mise à la une sur Pixabay. Vous trouverez toutes les œuvres de cette photographe sud africaine en cliquant ici.

Ma pochette en coton et en jean : crochet, couture et upcycling

Bonjour bonjour !

je pousse un grand ouf de soulagement. Après mes essais couture de la semaine passée qui se sont soldés par la mort de ma vieille Singer, j’ai pris mon courage à deux mains pour finir une pochette commencée il y a déjà quelques semaines.

Je vous montre tout de suite le résultat de mes heures de labeur.

pochette le bazar de milipuce 2.jpg

 

Tout est parti d’un post de l’instagrameuse Toulouzen sur lequel elle arborait une jolie pochette de la marque Mango.

pochette mango

Mon petit cœur a fait « badaboum boum boum » et mon cerveau mal câblé a décrété : « tu la veux, tu la fabriques ! ».

J’ai donc repris le coton beige donné par ma mémé et j’ai crocheté un rectangle de 33 cm sur 60 cm. Pour la bordure, j’ai utilisé un vieux jean qui n’avait pas résisté à ma prise de poids (voir mes bonnes résolutions en cliquant ici).

DSC_2257DSC_2316DSC_2320

 

Et là les complications sont arrivées !

Pour la découpe et la préparation des morceaux, j’ai géré. En revanche, la couture avec ma vieille machine… euh… bah elle est mouru alors pas besoin de vous faire un dessin. Bien sûr, j’accuse le chien qui a levé la patte sur la machine mais bon je pense surtout que je me suis entêtée à vouloir faire, mes neurones frôlant régulièrement la surchauffe. Au final, c’est ma pauvre Singer qui a grillé et qui a empesté toute la maison. A ma décharge, j’ai suivi les instructions du livret pour placer la cannette. Une collègue experte en couture m’a ensuite montré comment faire et cela ne correspondait pas du tout aux explications fournies. Bref, la prochaine fois, je serai moins têtue, moins fière et surtout plus maline : je demanderai à quelqu’un (même principe que lorsque vous êtes perdus et que votre homme refuse de demander son chemin !).

DSC_2332.JPG

Bon, j’ai réussi à utiliser la mac du boulot pour coudre les deux bordures (j’ai fini rouge écarlate, en sueur et la mac était toujours en vie à la fin!). Ensuite, j’ai tout fait à la main ce qui m’a pris la matinée (soit 4 bonnes heures).

J’ai doublé la pochette en utilisant un torchon blanc (le seul du placard qui n’était pas taché ou troué).

 

 

Côté procédure, je ne sais pas si ma façon de faire est correcte mais j’ai essayé d’être logique.

J’ai positionné la bordure en jean, cousu les côtés de la doublure que j’ai ensuite fixée sous la bordure, j’ai cousu la bordure en jean et le corps de la pochette ensemble puis j’ai refermé les côtés. J’ai essayé de coudre de manière invisible. Les finitions ne sont pas parfaites mais pour une première, je suis plutôt satisfaite.

couture pochette le bazar de milipuce.jpg

Comme un signe du destin, Créavéa et We are knitters organisent jusqu’au 30 septembre un concours Facebook sur le thème « sac et customisation ». Ma pochette était déjà en cours et je me suis dit que j’allais participer, les lots étant vraiment intéressants. Il me restait juste à trouver une idée de customisation sympa.

 

pochette customisée créavéa we are knitters 2

J’ai repris l’idée de mes broches duo réalisées dans le cadre du challenge plastique dingue et j’ai simplement remplacé la pelote en plastique par une vraie mini-pelote.

Reste à croiser les doigts !

Et comme plus on est de fous plus on rit, je vous conseille de faire un tour sur la page Facebook de Créavéa pour connaître les modalités de participation ou pour découvrir les créations. Le concours est accessible à tous, il suffit d’aimer les pages Facebook des organisateurs et d’envoyer deux photographies par mail (une photo de l’encours et une photo de la création).

A bientôt

DIY spécial « Rentrée des classes » : une pochette à crayons

Parfois, mes créations sont réfléchies depuis des mois et parfois elles sont dues à des concours de circonstances. Un besoin rencontre un matériau ou inversement et paf ça ne fait pas des Chocapics mais une veilleuse Poppy ou une assise cosy pour le salon. « Ma » pochette réalisée au crochet fait partie de ces réalisations inopinées.

Mardi, poulette numéro 1 est venue me voir avec un problème existentiel dont elle a le secret, à savoir toutes ses trousses ont disparu de la surface de la Terre. Me voilà donc face à un mystère du genre « chaussettes dévorées par le monstre de la machine à laver »  ou « jouets sortant tout seuls des placards ». Réponse de la mère qui en a vu d’autres : « ça doit être au grenier ». Parade de la fille qui en a vu aussi : « j’ai trouvé ça sur Youtube ». Et évidemment quand je vois le titre de la vidéo « je teste des DIY de Pinterest », ça me titille. Alors, le DIY en question était certes sympathique mais la création (une trousse réalisée avec un sac congélation zippé et du masking tape) ne m’a pas semblé pérenne. Et puis, l’idée de réaliser une petite pochette au tricot ou au crochet était nettement plus tentante que de farfouiller dans le grenier. J’ai lancé l’idée et comme la poulette n’est pas sourde et partage une partie de mon ADN (le côté obsessionnel), elle est revenue à la charge dès le lendemain de manière très subtile (elle a dégoté un sac congélation je ne sais où et l’a laissé en évidence sur la table de la cuisine). Comme je suis la mère de ma fille et que je suis assez obsessionnelle également, j’ai cherché toute la nuit avec quoi et comment confectionner la dite pochette. La solution est apparue comme par miracle en lisant un article sur la laine Mixed de la marque Action  et en voyant le superbe châle de By Freija et son dégradé de couleurs canon. Et comme, j’avais deux pelotes en stock (oui oui les fameuses pelotes achetées compulsivement « au cas où » bah voilà à quoi elles servent !), j’ai attaqué dans la foulée.

Pochette au crochet par le Bazar de Milipuce
Pochette au crochet par le Bazar de Milipuce

J’ai gardé l’idée du sac congélation zippé pour éviter que des feutres mal rebouchés ne gâchent mon œuvre.

Matériel

matériel pochette le bazar de milipuce.jpg

  • laine mixed achetée chez Action
  • crochet numéro 3
  • sac congélation zippé
  • ciseaux
  • aiguille

Étapes

  • Crochetez une chaînette de la largeur du sac congélation ou de 2.5 fois sa hauteur  (je vous conseille cette option car l’assemblage sera plus simple. J’ai opté pour une réalisation sur la largeur et j’ai eu plus de difficulté pour assembler les côtés !)
  • Crochetez chaque rang en réalisant des brides.
  • Arrêtez le travail lorsque vous avez atteint les bonnes dimensions
  • Assemblez à l’aide du crochet ou de l’aiguille
  • Rentrez les fils
  • Réalisez le petit nœud (chainette de 14 mailles, 2 rangs de bride)
  • Fixez le nœud
  • Insérez le sac congélation dans la pochette
  • Le remplir

début de la pochettedégradé de couleurs laine action

DSC_2180DSC_2186DSC_2190DSC_2196DSC_2200DSC_2207

J’ai crocheté comme une acharnée sous la surveillance de ma poulette trop impatiente d’obtenir sa trousse. Elle a tenu le fil, elle a mesuré, elle a fait son air « je suis lasse d’attendre » et elle a fait ce qu’elle fait le mieux : blablater encore et encore. Elle a lâché l’affaire lorsque l’après-midi est arrivée apportant avec elle une flopée de copines. Et voilà, la mission est remplie, la pochette est achevée. Réaction de la poulette qui passait par là : un petit « elle est jolie » et que je te cours rejoindre les copines. Mouais, j’aurais peut-être dû farfouiller dans le grenier…

Ou je vais peut-être la garder pour moi cette petite pochette. Je te vire les feutres et je te la remplis de vernis à ongles et de rouges à lèvres en deux temps trois mouvements. Dans deux ans, poulette numéro 1, en bonne ado fashionista, le fera de toute façon !

Pour finir, je partage avec vous une petite réflexion sur mes progrès en crochet. Pendant la réalisation de cette pochette, j’étais très satisfaite parce que j’avais l’impression de crocheter un peu comme les youtubeuses que je regardais il y a quelques semaines. A l’époque, je voulais crocheter mon BabyGroot et je m’arrachais littéralement la tignasse en enviant ses déesses du crochet qui me narguait avec leurs petits doigts agiles. Cinq ou six mois plus tard, je me sens plus à l’aise et je crochète presque avec les mêmes automatismes que lorsque je tricote.

C’est franchement très agréable de ne plus me grattouiller le crâne en essayant de comprendre pourquoi mon bidule ne ressemble pas au modèle. Et je ne parle pas du « ouf » de soulagement poussé à chaque maille serrée réalisée ni de la langue qui dépasse des dents (mimique qui me fait une tête de niaise et qui rend chéri d’amour trop chou… ça marche aussi pour les rides ! mouais, la vie est injuste).

Donc si vous hésitez à vous lancer, je vous dis juste « essayez ! ». Les premiers pas sont un peu laborieux mais avec de la pratique, les progrès sont rapides. Le crochet est beaucoup plus accessible que le tricot et plus facilement transportable. Et à l’ère d’internet et de Youtube, il est vraiment très facile de trouver des tutoriels et des explications pour apprendre les techniques.

A plus

 

 

 

 

Comment rajeunir un vieux tabouret de bar ? En le transformant en une assise cosy pour le salon !

Aujourd’hui, tout est dans le titre. Je poursuis cette semaine l’aménagement de mon salon en essayant de débourser le moins d’argent possible et donc en utilisant ce que j’ai sous la main. Après la palette transformée en table basse, je vous présente donc le vieux tabouret de bar transformé… bah c’est toujours un tabouret ! Je l’ai simplement déplacé dans le salon. Et puis, je lui ai scié et peinturluré les pattes, je lui ai ajouté de la mousse sur le dos et je l’ai habillé d’une housse en crochet.

tabouret lebazardemilipuce.jpg

Un petit avant-après (je mets en légende qui et qui au cas où)

vieux tabouret de bar
avant
tabouret lebazardemilipuce
après

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vous explique la procédure.

Niveau matériel, j’ai utilisé :

  • un vieux tabouret
  • de la mousse
  • de la ouate
  • de la colle néoprène liquide
  • de la peinture (encore et toujours le fond d’un pot de chalky paint)
  • de la laine
  • un crochet
  • une scie sauteuse ou une scie
  • un couteau à pain (bah oui!!!)

Étapes

J’ai marqué les pieds et j’ai utilisé la scie sauteuse pour les découper.

 

J’ai peint (je vous épargne la photo au vu de la qualité des précédentes)

J’ai tracé sur la mousse la forme de l’assise et j’ai découpé à l’aide du couteau à pain. L’avantage du couteau à pain est double : il est grand et permet donc d’avoir une découpe droite, il est rigide (contrairement à une lame fine), ne se plie pas et donc il découpe droit.

Après le découpage, vient le collage. J’ai utilisé de la colle néoprène liquide qu’il faut déposer sur les deux supports. Un conseil : commencez par le support bois car la colle a tendance à être absorbée par la mousse et donc à sécher rapidement. Il faut ensuite déposer la ouate (ce n’est pas indispensable mais cela donne plus de moelleux à l’assise). Je l’ai bloqué sous la mousse mais vous pouvez l’agrafer sous le tabouret.

J’ai réalisé une housse avec de la laine (achetée chez Action, très douce et économique : 3 euros les 200 g). Elle se tricote avec des aiguilles de 9-10 mm et j’ai donc opté pour un crochet de 10 mm.

J’ai suivi les conseils trouvés sur le site chouettekit.fr et comme le diagramme proposé ne permettait pas d’obtenir un rond assez grand, j’ai poursuivi en augmentant régulièrement à chaque rang. Lorsque le diamètre du cercle fut suffisant, j’ai poursuivi sans réaliser d’augmentation autant de rang que nécessaire pour réaliser la bordure. J’ai crocheté des petites attaches et j’ai passé un fil pour resserrer la housse et bien l’ajuster.

Et voilà.

table-basse-et-tabouret-le-bazardemilipuce.jpg

Demain, je reprends les pinceaux pour redonner un coup de jeune à ce vieux meuble. Il a déjà perdu son plateau tout moche (je dois lui en fabriquer un tout neuf avec ce que j’ai en stock parce que j’ai mis tout le budget dans la peinture !)

meuble de mémé
Projet en cours…