Salon Créations et savoir-faire 2017 : récit de ma première visite et verdict

Bonjour mes gentils lecteurs,

je ne suis pas très présente sur le blog ces derniers temps, la faute à la vie tout simplement. Même si je n’ai pas eu l’envie d’écrire (cerveau vidé), j’ai tout de même fait travailler mes petites mimines et d’autres articles seront donc publiés très prochainement !

Aujourd’hui, je vous raconte ma première visite au salon du DIY par excellence, le salon Créations et Savoir-faire alias salon CSF pour les intimes. Ce salon existe depuis des décennies et moi, en bonne femme de Cro-Magnon qui vit terrer dans sa grotte du fin fond de la Beauce, je le découvre maintenant (heureusement que j’ai créé ce blog !).

J’ai eu le plaisir d’y aller avec ma super collègue fan de couture et de loisirs créatifs, Cécile. En grande habituée du salon, elle a été d’un grand secours en répondant à mes nombreuses questions dont la fameuse « c’est cher ou pas ? ». En échange, je lui ai offert mon pseudo-sens de l’orientation, le fameux « ça doit être par là… ou par là ». Je lui devais bien cela parce qu’en plus de répondre à mes interrogations de jeune couturière inexpérimentée (et paumée), Cécile s’est retrouvée séparée de ses deux copines, Valérie et Françoise. Parce que oui, nous avons fait le déplacement en meute. Le salon a un coût et si vous souhaitez vous y rendre en voiture mieux vaut la remplir. Donc nous partîmes 4 ; mais par un vilain coup du destin, nous nous vîmes 2 longtemps avant l’heure du festin. Traduction : nous étions bien « groupir » pendant les 30premières minutes et dès que nous avons voulu acheter quelque chose, l’attente pour payer a eu raison de notre petit équipage.

IMAG1210.jpg
le stand Marie-Claire Idées

Bon, j’essaie de me recentrer :

Côté finances 

Le coût du trajet a été estimé par Mappy à 28 euros (carburant et péages compris). Évidemment, si vous n’habitez pas Chartres, cela vous reviendra peut-être plus ou moins cher.

Le parking nous a coûté 23 euros et 20 centimes (je précise qu’il s’agit du parking du Paris expo Porte de Versailles). Les filles étant des habituées, elles m’ont indiqué où me garer.

Pour le repas, chacune a pris son petit pique-nique (donc comme j’avais zappé pendant les courses de la veille, le mien était plutôt chiche. Merci Cécile pour la clémentine!). Mention spéciale pour Valérie, hyper organisée, qui avait même prévu le thermos d’eau chaude, le café et le thé… et qui a tout porté sur sa frêle épaule !

Je vous conseille vivement de prendre votre pique-nique si vous ne voulez pas perdre du temps à faire la queue devant les points de restauration. Ou si vraiment vous ne pouvez pas apporter votre pitance, jetez-vous sur un stand très très tôt.

Bon, pour les achats, je vous laisse libres de dépenser ce qu’il vous plaira. Moi j’ai été hyper raisonnable (parce que très mal organisée! comme quoi des fois, cela a du bon…ou pas)

IMAG1209
encore de belles idées chez Marie-Claire!

Côté pratique

Nous sommes arrivées tôt sur le site du salon (nous avons même pris un petit café sur le parking tranquillou). L’entrée, malgré une file d’attente visuellement impressionnante, a été très rapide et point non négligeable, l’attente se fait à l’intérieur, bien au chaud (contrairement à la foire de Paris où cela peut vite tourner au a-gla-gla!).

Nous avions déjà nos billets (merci Cécile… ouais, je sais je suis totalement assistée!). Pour les visiteurs sans billet, en début de matinée, il n’y avait pas d’attente au point d’achat.

Pour le repas, des points pique-nique sont prévus mais installation au sol obligatoire me semble-t-il (nous nous sommes posées dans un petit recoin entre deux stands donc je n’ai pas eu le plaisir de visiter les aires de pique-nique, si certaines ont testé n’hésitez pas à commenter).

Pour les pauses pipi, euh… bah… le salon CSF, c’est tout de même une concentration énorme de femmes sur quelques centaines de mètres carrés donc attendez-vous à quelques minutes de patience avant de pouvoir soulager votre vessie. Information importante : Les sanitaires sont très propres même en milieu d’après-midi.

Ma visite du salon CSF

En début de matinée, le salon est tout à fait vivable. Le pavillon est immense, les allées principales sont larges. On a vraiment l’impression de pouvoir circuler facilement et de respirer (je précise que j’ai visité le salon le samedi, jour de très très forte affluence). Mais dès 10h30, cela se corse. Surtout dans les allées secondaires. Bon, rien d’insurmontable non plus, hein, mais c’est vrai que c’est parfois frustrant de ne pas pouvoir s’approcher d’un stand ou de ne pas pouvoir prendre son temps pour choisir (du coup, moi, je préfère ne pas acheter mais certaines peuvent craquer par lâchage de nerf ou peur de manquer… surtout que la rupture de stock est fréquente particulièrement à la fin du salon). Finalement, il ne faut pas hésiter à revenir plus tard, quand la foule s’est dissipée.

Pour être honnête, je n’avais pas de liste d’achats. Je souhaitais juste trouver des perles miyuki pour tisser mes derniers modèles en vente sur fait-maison.com et également acheter quelques coupons de tissu pour me constituer un stock. J’ai donc zappé tout ce qui était laines, papiers, etc.

Pour les perles Miyuki, je n’ai pas trouvé mon bonheur. Seulement deux stands en vendaient. Pas les bonnes couleurs, pas les bons prix, snif.

Côté couture, j’ai rapidement trouvé de quoi dépenser un peu d’argent. Alors, le stand était pris d’assaut et je n’ai pas pris le temps de lever le nez pour lire le nom du fournisseur ! Mais, il est apparemment au salon tous les ans (dixit mes chères habituées). Il propose des coupons à un prix très abordable (10 euros les 5 coupons de 45 sur 50 ou 50 sur 50, je ne sais plus), du biais, des fermetures, des boutons…

Une photo de mes achats

IMG_20171119_130722_314
mes poulettes ont essayé de me dépouiller dès mon arrivée mais je tiens bon !

Mon butin se compose de 5 fermetures à glissière non séparables (pratique pour réaliser des petites pochettes), de coupons à motifs, d’un rouleau de simili cuir moutarde, d’un fermoir aimanté et d’un badge (gratuit). Les fermetures étaient à 1 euro pièce, les coupons 10 euros les 5, le simili à 11 euros et le fermoir à 2 euros 40. J’ai fait une petite récolte de cartes de visite et voilà… hyper raisonnable, je vous dis !

Je n’ai pas acheté certains tissus, faute de besoins immédiats. Mais ce n’est que partie remise car j’ai vraiment envie de les tester. En plus, j’ai trouvé quelques idées dans d’autres stands notamment ces très jolis doudous exposés sur le stand de L’île à mousse. Le tissu tout doux était en vente sur le stand de Sudocoud que j’avais visité peu de temps auparavant et je n’avais pas craqué par manque d’inspiration… mauvais timing !

 

Allez je vous mets quelques photos de mes repérages :

IMAG1214
des pochettes en velours – Frou-Frou
IMAG1226
des ailes d’ange au crochet dans l’allée de l’inspiration
IMAG1228
des glands au crochet (photo floue)
IMAG1230
un costume vespa
IMAG1231
la sublime blouse de Dessine moi un patron… la créatrice adorable semblait au bout du rouleau tout comme son stock de patrons littéralement dévalisé
IMAG1237.jpg
la robe d’Anne Charlotte (Louis Antoinette Paris)
IMAG1254
la robe Louison de TK sewing patterns, déclinable en top… j’ai acheté le pdf en rentrant !!!
IMAG1258
Mon futur projet … Un sac… encore
IMAG1266
de jolis imprimés (chez motif personnel je crois ou bien chez dessine moi un patron ou…)

et en bonus les photos de l’atelier couture où nous avons eu le plaisir de rencontrer les participants de la dernière saison de Cousu-main. Tous hyper sympathiques et talentueux.

J’ai pris des photos à la sauvette (donc floues puisque déjà en les prenant normalement, elles sont floues!) et puis ce n’est qu’au moment de partir que j’ai osé demander une petite pose aux Beaux gosses, Olivier et David ( les beaux gosses, c’est leur marque).

Je n’ai pas pris en photos certaines créations (trop de monde, pas le temps, pas l’idée de dégainer le smartphone…). Mais ce salon est une vraie mine d’idées pour tous les amoureux du fait-main et des jolies choses. Ah en parlant photos et idées, certains stands (bon je n’en ai vu qu’un mais en même temps je n’avais pas vu l’affiche avant que la vendeuse me la montre donc j’en ai peut-être loupé d’autres lol)… je reprends… certains stands interdisent les photos, probablement pour éviter le pillage de leurs bonnes idées. Donc si comme moi, vous avez une petite tête et que vous ne pouvez pas prendre de photos, prenez de quoi noter (j’avais tout ce qu’il fallait mais j’ai oublié de sortir mon carnet…).

Le salon propose des animations payantes. Vous avez déjà testé ? Je pense essayer l’année prochaine. Car oui j’y retourne dans un an, c’est sûr ! Mais peut-être que j’essaierai d’y aller un jeudi pour éviter la foule, pouvoir échanger plus facilement avec les vendeurs et surtout éviter les ruptures de stock.

A bientôt et biz biz

PS : N’oubliez pas le petit commentaire qui fait plaisir et l’adhésion à la lettre d’informations est toujours disponible.

 

 

 

 

Et de 2 ! Une cousette = un nouveau sac

¿Hola, qué tal ?

aujourd’hui, je fais doublement ma crâneuse en vous présentant mon tout nouveau sac (encore un !) et mon super niveau en espagnol.

Parce que oui, très cher lecteur, je suis aussi à l’aise dans la langue de Don Quichotte que monsieur Raffarin dans celle de Shakespeare (qui se souvient du cultissime « the yes needs the no to win against ze no » ???). Et pourtant, malgré mon niveau zéro, en suivant le tuto de la belle Gloria de la chaîne youtube Mimodemami, j’ai eu l’impression d’être bilingue. En plus de comprendre des mots tels que centimetro ou tendencia, j’ai réussi à reproduire son sac doudou.

le sac doudou du bazar de milipuce

 

Image associéeJ’ai bien fait de prendre espagnol en LV2 au collège (euh d’ailleurs on dit toujours LV1 et 2 ? Bah j’aurai la réponse l’année prochaine vu que numéro 1 entrera en 6ème … Gloups !!!!).

Bon, trêve de plaisanterie. Suivre un tutoriel dans une langue que l’on ne parle pas couramment cela peut sembler rédhibitoire. Mais heureusement, les tutoriels vidéos ont un sacré avantage :

vidéo = visuel qui bouge ! Il suffit d’activer son petit neurone miroir et de faire les mêmes gestes que la dame !

 

Pour réaliser ce sac « doudou », j’ai utilisé  :

  • du tissu doux acheté sur Mondial tissu (mais qui n’est pas aussi épais que le tissu préconisé par Mimodemami) : 2 morceaux de 35 cm sur 35 cm
  • du tissu pour la doublure : 2 morceaux de 34 cm sur 34 cm.
  • une fermeture inséparable de 30 cm
  • de la chaîne (2 m)
  • des rubans
  • une mac
  • du fil
  • des épingles
  • des ciseaux

Como hacer

  • Préparation du tissu extérieur : en bas et de chaque côté, coupez 2 carrés de 3 cm
  • Préparation du tissu intérieur : faites de même

IMAG0984

 

  • Assemblage de la fermeture à glissière IMAG0988
  • Couture des bords en prenant soin d’insérer les rubans qui serviront d’attache à la bandoulière et de laisser une ouverture dans le fond de la doublure
  • Remise à l’endroit du schmilblick
  • Fermeture de la doublure
  • Enfilage de la chaîne et pis c’est tout

 

 

Mes conseils de non pro de la couture :

  • mon tissu doudou étant fin, le sac manque de tenue. Optez pour un tissu un peu plus épais.
  • si comme moi, vous mettez des tonnes de choses dans votre sac et qu’il pèse donc… bah une tonne, les attaches en ruban ne sont pas le bon plan ! Je vais devoir changer de système car l’un des rubans commence déjà à s’abîmer.

Mon avis  de débutante :

  • un tuto très simple à suivre et accessible aux débutantes qui savent déjà coudre une fermeture à glissière.
  • les explications en espagnol ne sont pas un obstacle, la vidéo est de très bonne qualité (bon cadrage, beaucoup de précisions données par gestes).

Voilà, je prends du galon et ma prochaine cousette sera un vêtement c’est sûr et certain (sauf si un sac me fait du gringue… Je suis si faible 😂). Et pour ceux qui ne l’auraient pas encore vu, mon premier sac de vraie couturière est à découvrir ici.

Vous avez des projets ? Moi j’attends impatiemment le salon CSF pour faire le plein de matériel et notamment de tissus en profitant de conseils de pros. Parce que en tant que débutante qui habite en Province, il est difficile de trouver son bonheur (je choisis toujours un tissu trop épais ou trop fin, c’est dingue !).

Biz et à bientôt

 

 

Première cousette : mon sac noeud

Bonjour, bonjour,

vous connaissez Le faire-part des bébés animaux des Ogres de Barback ? Aujourd’hui, je vous « chante » une petite adaptation de mon invention (1,2,3,4, c’est parti).

La maman du bébé sac à main

a le plaisir et la fierté

de vous présenter son gamin,

son petit sac nouveau-né.

Il a un petit nœud doré

et une chaînette argentée

Comme un p’tit sac de fille, madame

comme un p’tit sac de fille.

 

Voilà, j’arrête mon délire et je vous montre mon rejeton.

imag0580.jpg

Il s’agit de la pochette nœud de Elm Street Life (dont je vous avais déjà parlé ici) que j’ai décidé de « transformer » en sac.

Pour une première cousette, j’ai été plutôt ambitieuse : pose d’une fermeture à glissière, épaisseur de tissu ++ par endroit en plus de devoir utiliser une machine sans la faire exploser (si si c’est possible ! je l’ai fait !).

IMG_20171020_093634_110.jpg

Pour rappel, le tuto de Elm Street Life est en anglais mais les photos sont plutôt claires (sauf si comme moi, vous les regardez sur un écran riquiqui et sans lunettes !).

IMAG0553

Niveau matériel, il vous faut :

  • tissu extérieur (50 cm de hauteur)
  • tissu intérieur (25 cm de hauteur)
  • une fermeture non séparable coordonnée à votre tissu (25 cm)
  • du fil coordonné à votre tissu
  • du thermocollant
  • une machine à coudre
  • des ciseaux
  • des épingles
  • un fer à repasser

IMG_20171020_201545_663

J’ai coupé les morceaux suivants (je vous mets la conversion en cm parce que Whitney Newby parle en yard et en pouces).

Dans le tissu « extérieur » :

  • 2 morceaux de 25 cm sur 15 cm (corps du sac)
  • 2 morceaux de 28 cm sur 12.5 cm (nœud)
  • 1 morceau de 5 cm sur 12.5  cm (boucle du nœud)
  • si vous choisissez l’option pochette : 37 cm sur 9 cm pour la sangle
  • j’ai choisi de mettre une chaîne (2 m) et de l’attacher grâce à deux rubans fixés sur les côtés.

Dans le tissu « intérieur » : 

  • 2 morceaux de 25 cm sur 15 cm

Il vous faudra également 2 fois 25 cm sur 15 cm d’entoilage thermocollant.

le bazar de milipuce sac

Alors, si vous êtes débutante, quelques conseils quant au choix du tissu :

  • prenez un tissu qui ne s’effiloche pas (mon tissu est très joli mais il sème des fils partout et ce n’est pas toujours évident à gérer).
  • un tissu trop rigide ne facilite pas l’assemblage (donc ni trop mou, ni trop dur).
  • choisissez une couleur plutôt claire (parce que découdre du fil noir sur un tissu noir par une nuit noire… bah c’est galère).

J’ai commis quelques erreurs par manque d’attention ce qui m’a valu de découdre et recoudre plusieurs fois donc je vous conseille d’imprimer le tuto pour l’avoir sous les yeux.

IMAG0585
le défaut qui tue

Je vous liste les trucs qui clochent chez mon bébé (si si je suis une maman aimante mais pas aveugle quand même) :

  • J’ai mal placé le nœud (je n’avais pas laissé assez de place en haut pour coudre la fermeture. j’ai donc inversé le tout mais il est un poil trop bas)
  •  Je ne suis pas très satisfaite de ma dernière couture (défaut monstrueux sur l’un des côtés) mais j’avais déjà coupé le surplus de tissu et j’ai eu peur de me louper vu les épaisseurs à gérer par endroit. 
  • J’ai mal coupé le tissu de la doublure (mais bon ça ne se voit pas donc…)
  • Mes coutures ne sont pas toujours très droites (l’envie d’en finir au plus vite était parfois trop forte !).

Bon, j’ai survécu à ma première vraie cousette et j’en suis fière ! Les premières heures ont été à la fois heureuses et douloureuses (et les suivantes aussi à cause d’un problème de tension sur ma mac). Bon j’en parle comme d’un accouchement ou d’un marathon (enfin pour le dernier, j’imagine parce que je n’ai jamais couru plus de 8 km d’affilée) mais ça m’a mise dans un état, cette histoire ! Euh, d’ailleurs, c’est normal d’avoir un point de côté en cousant ? Au début, j‘étais tellement stressée  que j’en ai oublié de respirer.

Malgré tout, j’y ai vite pris goût. La couture, ça vide vraiment bien la tête.

Et vous, c’était/ce sera quoi votre premier projet en couture ? Vous avez tout de suite accroché ou pas ? Vous avez des projets à conseiller à une petite débutante comme moi ?

Ma prochaine cousette est  déjà presque sous le pied de biche mais je suis toujours partante si vous avez des idées. 

Biz biz et à bientôt

 

 

 

 

Mes projets mode pour cette année : Couture

Comme je vous l’annonçais dans mon précédent article, un nouveau monde de DIY s’offre désormais à moi.

Pour ceux qui n’auraient pas suivi les épisodes précédents, petit longue résumé histoire de ma vie :

Cela fait des mois (voire des années) que je prononce les mots suivants : « il faut ABSOLUMENT que je me mette à la couture ». Et j’en reste là, paralysée par la peur de me planter. C’est comme ça, la couture m’impressionne. Et pourtant, petite j’ai baigné dedans avec une mémé et une maman couturières. A l’époque, j’aimais bien regarder et cela m’est resté : je suis fan de « Cousu Main » et j’adore comprendre comment sont conçus les vêtements. Mais voilà, je n’ai pas appris en étant plus jeune (bon j’ai appuyé de temps en temps sur la pédale pour m’amuser mais je ne gérais pas le reste !). En vieillissant, je suis devenue trouillarde, un poil mémère en charentaise. Grâce à mon blog, j’essaie de sortir de ma zone de confort  et de tenter de nouvelles choses (crochet et tissage de perles par exemple).  Mais j’ai eu du mal à sauter le pas de la couture.

tailoring-2242572_1280
Illustration par Naobim

Il y a 3-4 mois, j’ai sorti la machine à coudre donnée par ma maman il y a dix ans et pis voilà. Rien de plus, rien de moins… Ah si, le chien a levé la patte dessus (façon élégante de dire qu’il a fait pipi sur la pauvre mac) ce qui a valu à la pauvre chérie de passer de la salle à manger à ma chambre. Ce n’est que très récemment que j’ai allumé la bête pour voir comment elle fonctionnait (et si elle fonctionnait toujours après l’accident énurétique de mon chien). Ma motivation est alors au maximum du maximum possible : Cousu Main revient, ma pochette en jean a besoin de jolies coutures et Alice Balice m’encourage sur Instagram à faire péter ma mac. Bon alors ce que je n’avais pas bien compris c’est que l’expression « faire péter » était à prendre au figuré… Parce que j’ai vraiment fait mourir la bête (y a même eu un petit bruit d’explosion suivi d’une fumée nauséabonde). Je me suis acharnée sur la bestiole et voilà le résultat : pochette non cousue, mac décédée, estime de moi-même en berne.

Heureusement pour moi, ma motivation est remontée en flèche quelques minutes plus tard. J’ai regardé le prix d’une machine neuve, j’ai lu des avis sur des blogs spécialisés et j’ai lu que pour 70-80 euros il était possible d’acheter une machine à coudre de qualité : la Silvercrest de chez Lidl, décrite comme LA mac pour débutante. Mais elle n’est disponible que quelques semaines par an. Après vérification sur le site de Lidl, je saute de joie : elle sera en vente la semaine suivante !

handarbeiten-2446805_1920
Photo – Semevent

Le rendez-vous est pris et durant cette semaine d’attente, je mets à contribution mes collègues couturières. La gentille Agnès me montre comment utiliser la mac du boulot (mon taf, c’est la caverne d’Ali baba!) et un soir après le travail, je m’enferme dans l’atelier pour réaliser mes petites coutures. J’ai la pression… Bon, la machine s’en sort vivante et moi, je quitte l’atelier épuisée, rouge et transpirante mais victorieuse. Je suis venue, j’ai vu et j’ai vaincu.

Le lundi suivant à 8h31 (après 12 minutes à poireauter devant le rideau de fer du Lidl), une Silvercrest est confortablement installée dans mon caddie. A moi, la couture et les petites créations maison (probablement bancales mais qui feront ma fierté).

Donc voici mes envies pour cette année (et peut-être la suivante). Je ne rentre pas dans les détails, j’ai déjà assez blablaté.

Une veste kimono

Un projet présenté comme facile à réaliser pour les débutantes. J’ai trouvé un tuto  en images sur le site Deavita.fr  et sur Youtube les vidéos ne manquent pas sur ce sujet.

blonde-hair-1867378_1920
Photo – Pexels

Le sac « nœud » 

Le tuto du sac nœud est proposé par ELM STREET LIFE. Il est en anglais mais le pas à pas en photos est excellemment bien réalisé et donc très accessible.

sac elm street life
Sac noeud par ELM Street Life (réalisation et photo) 

Un sac lapin

Pour faire plaisir aux filles, j’ai bien envie de coudre un petit sac lapin ou de détourner l’idée pour coudre un petit coussin. Le modèle proposé par L’usine à bulle est tout simplement trop mignon.

first DIY sac pochette lapin l'usine _ bulle (1)
Sac lapin (réalisation et photo par L’usine à bulle)

Une jupe 

J’ai trouvé ce tutoriel sur le site Filoute et je me dis pourquoi pas (il va falloir que je tienne mes engagements sportifs avant de me lancer… à réaliser au printemps ?).

jupe-a-fronces-portee-par-iris
Jupe et photo du site Filoute.fr (by Iris) 

 

Une jupe plissée pour les filles

Un projet proposé par Prima.fr : facile et qui fera plaisir à deux petites poulettes.

jupe filles prima
Crédit : Asako Ogura

 

Un pantalon de pyjama

Lisa, créatrice et fondatrice du site Make my Lemonade, propose un joli tutoriel pour coudre un pantalon de pyjama. Un projet que je tenterai dans quelques mois si mes progrès en couture sont satisfaisants.

make-my-lemonade-pyjama-julio-tuto-1.jpg

Pyjama par Make my Lemonade (photo issue de leur site internet)

Voilà pour mes principaux projets. Et vous quels sont vos objectifs pour cette saison 2017-2018 ? Avez-vous des modèles à me conseiller pour bien débuter en couture ?

 

Ma pochette en coton et en jean : crochet, couture et upcycling

Bonjour bonjour !

je pousse un grand ouf de soulagement. Après mes essais couture de la semaine passée qui se sont soldés par la mort de ma vieille Singer, j’ai pris mon courage à deux mains pour finir une pochette commencée il y a déjà quelques semaines.

Je vous montre tout de suite le résultat de mes heures de labeur.

pochette le bazar de milipuce 2.jpg

 

Tout est parti d’un post de l’instagrameuse Toulouzen sur lequel elle arborait une jolie pochette de la marque Mango.

pochette mango

Mon petit cœur a fait « badaboum boum boum » et mon cerveau mal câblé a décrété : « tu la veux, tu la fabriques ! ».

J’ai donc repris le coton beige donné par ma mémé et j’ai crocheté un rectangle de 33 cm sur 60 cm. Pour la bordure, j’ai utilisé un vieux jean qui n’avait pas résisté à ma prise de poids (voir mes bonnes résolutions en cliquant ici).

DSC_2257DSC_2316DSC_2320

 

Et là les complications sont arrivées !

Pour la découpe et la préparation des morceaux, j’ai géré. En revanche, la couture avec ma vieille machine… euh… bah elle est mouru alors pas besoin de vous faire un dessin. Bien sûr, j’accuse le chien qui a levé la patte sur la machine mais bon je pense surtout que je me suis entêtée à vouloir faire, mes neurones frôlant régulièrement la surchauffe. Au final, c’est ma pauvre Singer qui a grillé et qui a empesté toute la maison. A ma décharge, j’ai suivi les instructions du livret pour placer la cannette. Une collègue experte en couture m’a ensuite montré comment faire et cela ne correspondait pas du tout aux explications fournies. Bref, la prochaine fois, je serai moins têtue, moins fière et surtout plus maline : je demanderai à quelqu’un (même principe que lorsque vous êtes perdus et que votre homme refuse de demander son chemin !).

DSC_2332.JPG

Bon, j’ai réussi à utiliser la mac du boulot pour coudre les deux bordures (j’ai fini rouge écarlate, en sueur et la mac était toujours en vie à la fin!). Ensuite, j’ai tout fait à la main ce qui m’a pris la matinée (soit 4 bonnes heures).

J’ai doublé la pochette en utilisant un torchon blanc (le seul du placard qui n’était pas taché ou troué).

 

 

Côté procédure, je ne sais pas si ma façon de faire est correcte mais j’ai essayé d’être logique.

J’ai positionné la bordure en jean, cousu les côtés de la doublure que j’ai ensuite fixée sous la bordure, j’ai cousu la bordure en jean et le corps de la pochette ensemble puis j’ai refermé les côtés. J’ai essayé de coudre de manière invisible. Les finitions ne sont pas parfaites mais pour une première, je suis plutôt satisfaite.

couture pochette le bazar de milipuce.jpg

Comme un signe du destin, Créavéa et We are knitters organisent jusqu’au 30 septembre un concours Facebook sur le thème « sac et customisation ». Ma pochette était déjà en cours et je me suis dit que j’allais participer, les lots étant vraiment intéressants. Il me restait juste à trouver une idée de customisation sympa.

 

pochette customisée créavéa we are knitters 2

J’ai repris l’idée de mes broches duo réalisées dans le cadre du challenge plastique dingue et j’ai simplement remplacé la pelote en plastique par une vraie mini-pelote.

Reste à croiser les doigts !

Et comme plus on est de fous plus on rit, je vous conseille de faire un tour sur la page Facebook de Créavéa pour connaître les modalités de participation ou pour découvrir les créations. Le concours est accessible à tous, il suffit d’aimer les pages Facebook des organisateurs et d’envoyer deux photographies par mail (une photo de l’encours et une photo de la création).

A bientôt