Spécial confinement : 3 patrons de couture gratuits (durée pouvant être limitée)

Bonjour

sur les réseaux sociaux et les blogs, la solidarité est également à l’œuvre.

Je liste ici quelques patrons proposés gratuitement par des marques reconnues. Attention car certains sont offerts uniquement pour une durée limitée !!!  

FM_1571

Le t-shirt AFRA de Fibre Mood est téléchargeable gratuitement jusqu’au 29 mars 2020.

 

image-web-havana-pdf
crédit photo Cosy Little World

La jupe Havana de Cosy Little Worldest idéale pour les débutants et les débutantes en couture. Elle est simple à coudre mais pas simplette grâce à sa jolie ceinture.

 

petite_baleine_super_chouette

Un petit baleineau trop chou à coudre avec des chutes de tissus !!!! Merci à Chouette Kit pour ce patron trop chou… à réaliser pour ou avec vos petits bouts (en fonction de leur âge et de leur dextérité… l’étape du rembourrage est accessible aux plus jeunes +_+).

Prenez soin de vous et restez chez vous !

Bises et bonne couture !

NB : n’ayant pas eu le temps de coudre ces patrons #classeàlamaison, j’ai utilisé les photos des marques pour illustrer cet article. Je publierai des photos de mes créations dès que possible #quandlecoleaurarepris

 

Mes dernières cousettes : blouse Panama de Maison Fauve et robe Magnolia de Deer and Doe

Helloooooooo

En ce moment je couds, je couds et je couds, tant par plaisir que par nécessité. J’ai acheté des mètres et des mètres de tissu avec pour objectifs de faire des économies et de coudre mes vêtements (les 2 étant sensés être liés 😂). Autre source de motivation – puisque je me dois d’être honnête avec moi-même – après le dernier salon du tissu, je me suis auto-punie. Le salon d’octobre 2019 ne sera pas pour moi… Sauf si je liquide une partie de mon stock 😁. Ça motive une couturière, ce genre de chantage !

Donc dernièrement, j’ai cousu une blouse et une robe, les 2 reflétant parfaitement mon gros défaut : la cousette non programmée cousue à fond les ballons pour un concours / un mariage / un besoin irrépressible (rayer la mention inutile).

Les deux modèles sont top et accessibles aux débutantes. Attention attention car il y a un an, je pensais que débutant signifiait novice. Donc je vous sape le moral direct mais je vous épargne un certain nombre de déconvenues. Pour réaliser ces modèles, il faut avoir quelques bases ou une personne suffisamment aguerrie pour vous guider. Les explications fournies par les créatrices sont claires mais si vous ne savez pas ce qu’est une parmenture ou comment cranter un arrondi et que vous êtes livré à vous-même, vous allez ramer.

Pour les débutants ou les novices accompagnés, ces deux modèles sont accessibles et très plaisants à coudre. Ils offrent de nombreuses variantes, mixent originalité et intemporalité et constituent donc un super investissement.


La blouse ou le top Panama de Maison Fauve


 

C’est donc un modèle simple mais  qui permet de s’exprimer. Le pdf  comprend donc deux versions : un top avec emmanchures américaines et une blouse aux manches 3/4. L’originalité de ces modèles est de favoriser la personnalisation par l’ajout de passepoil, de froufrous, d’une bande de dentelles, etc.

Le choix des tissus et tout et tout, ce n’est pas encore trop mon fort. Cela fait des années que je ne suis plus la mode et les tendances et l’achat d’un tissu est certes motivé par l’esthétique mais surtout par le cordon de la bourse (je vais devoir travailler là-dessus. Acheter moins, acheter la juste quantité, anticiper, analyser et chercher l’inspiration…).

A son lancement, Emilie, la créatrice de Maison Fauve (anciennement Dessine moi un patron), a proposé un concours qui a rencontré un succès dingue. Le patron pdf était offert gratuitement à l’occasion du lancement de la nouvelle collection et du changement de nom de la marque. Les Panamas ont littéralement envahi IG !!! Emilie a publié un article qui regroupe de nombreuses versions.

Le patron offert comportait quelques erreurs (rien de bien méchant) et elle a donc apporté des corrections. Elle a également ajouté quelques petites options (col par exemple) et propose également sur son blog des pas à pas pour customiser ses modèles. Je vous conseille d’aller y jeter un œil.

Ma version est très simple mais j’ai essayé d’apprendre de nouvelles choses en la réalisant. J’ai fabriqué mon propre passepoil (si vous avez besoin d’un tuto, je vous conseille celui de Viny DIY ou d’Alice Balice), je l’ai cousu et j’ai réalisé une finition avec un biais invisible. J’ai essayé de terminer dans les temps mais bon j’ai un peu loupé mon coup. Donc oui, j’ai participé à un concours avec un vêtement tenu par des épingles ! C’est un concept que personne ne me piquera…

IMG_20190515_212337_069


Ce que tu dois savoir faire/ce que tu vas apprendre pour coudre la blouse Panama

monter des manches

coudre du passepoil (optionnel)

réaliser des fronces (j’ai vu une version sans fronce hyper sympa aussi)


Je n’ai pas réalisé le top avec emmanchures américaines. Si je me lance, je vous en parlerai.

 


La robe Magnolia de Deer and Doe


 

 

Cette robe est juste Waouh. Elle flatte toutes les morphologies et se décline à l’infini (version automne/hiver, version été, manches tulipes, manches longues, jupe courte, midi ou extra-longue….).

Le fichier pdf permet une impression par calques (vous imprimez juste la ou les tailles souhaitées). Évidemment, je n’ai pas calculé tout de suite et donc j’ai reporté le patron (c’est pas comme si j’ai cousu ma tenue de mariage la veille pour le lendemain et que j’avais besoin de gagner un temps précieux !?!).

Donc les couturières aguerries et en bonne forme arrivent à assembler la Magnolia en 4h30-5h. Moi, j’ai un peu plus galéré car je n’avais pas lu correctement les légendes et j’ai donc essayé pendant un moment de superposer un truc au mauvais repère. Pourtant, les explications sont très claires et chaque étape bien détaillée ce qui permet d’obtenir de très jolies finitions (les marges de couture sont de 1.5 cm et c’est vraiment très confortable je trouve. Et les indications de surfilage, repassage, crantage sont toujours notées. Pour quelqu’un qui débute c’est vraiment un grand plus).

Pour ma robe, j’ai choisi de mixer le buste le moins décolleté (version B) avec la jupe et les manches de la version A. Je n’ai pas mis de nœud dans le dos pour pouvoir enfiler une veste si besoin. Si vous optez pour le décolleté profond, les créatrices conseillent d’utiliser les pans de nouage car cela apportera un meilleur soutien à votre poitrine.

D’après les tableaux de mesure, j’aurai dû jongler entre deux tailles différentes (merci à mon popotin hypertrophié). En regardant les mesures du vêtement fini, j’ai constaté que l’ampleur de la jupe était suffisante pour y loger ma personne et j’ai donc pris le risque de ne pas jongler (en plus j’étais nulle au lycée. J’étais pas foutue de jongler avec deux balles). J’ai raccourci le bas de 10 cm mais j’aurais pu aller jusque 15.

Après le mariage, j’ai resserré un peu les élastiques des bas de manche car j’avais vu un eu trop large et ce n’était pas très joli et pratique.


Ce que tu dois savoir faire / ce que tu vas apprendre avec la Magnolia

Monter des manches

Réaliser des fronces (sur une toute petite longueur)

Coudre des pinces

Coudre un biais (et si tu es en mode foufou, tu peux même le fabriquer toi-même)

Elastiquer des manches

Poser un zip invisible (étape que j’ai un peu foirée… c’était 5 heures avant le début du mariage)


 

Prochain projet  : la jupe Justine de Ready to sew. Et promis, je me remets bientôt aux miyukis (pour celles et ceux qui me suivent pour cela).

A bientôt

 

 

 

 

 

 

 

Salon Créations et savoir-faire 2017 : récit de ma première visite et verdict

Bonjour mes gentils lecteurs,

je ne suis pas très présente sur le blog ces derniers temps, la faute à la vie tout simplement. Même si je n’ai pas eu l’envie d’écrire (cerveau vidé), j’ai tout de même fait travailler mes petites mimines et d’autres articles seront donc publiés très prochainement !

Aujourd’hui, je vous raconte ma première visite au salon du DIY par excellence, le salon Créations et Savoir-faire alias salon CSF pour les intimes. Ce salon existe depuis des décennies et moi, en bonne femme de Cro-Magnon qui vit terrer dans sa grotte du fin fond de la Beauce, je le découvre maintenant (heureusement que j’ai créé ce blog !).

J’ai eu le plaisir d’y aller avec ma super collègue fan de couture et de loisirs créatifs, Cécile. En grande habituée du salon, elle a été d’un grand secours en répondant à mes nombreuses questions dont la fameuse « c’est cher ou pas ? ». En échange, je lui ai offert mon pseudo-sens de l’orientation, le fameux « ça doit être par là… ou par là ». Je lui devais bien cela parce qu’en plus de répondre à mes interrogations de jeune couturière inexpérimentée (et paumée), Cécile s’est retrouvée séparée de ses deux copines, Valérie et Françoise. Parce que oui, nous avons fait le déplacement en meute. Le salon a un coût et si vous souhaitez vous y rendre en voiture mieux vaut la remplir. Donc nous partîmes 4 ; mais par un vilain coup du destin, nous nous vîmes 2 longtemps avant l’heure du festin. Traduction : nous étions bien « groupir » pendant les 30premières minutes et dès que nous avons voulu acheter quelque chose, l’attente pour payer a eu raison de notre petit équipage.

IMAG1210.jpg
le stand Marie-Claire Idées

Bon, j’essaie de me recentrer :

Côté finances 

Le coût du trajet a été estimé par Mappy à 28 euros (carburant et péages compris). Évidemment, si vous n’habitez pas Chartres, cela vous reviendra peut-être plus ou moins cher.

Le parking nous a coûté 23 euros et 20 centimes (je précise qu’il s’agit du parking du Paris expo Porte de Versailles). Les filles étant des habituées, elles m’ont indiqué où me garer.

Pour le repas, chacune a pris son petit pique-nique (donc comme j’avais zappé pendant les courses de la veille, le mien était plutôt chiche. Merci Cécile pour la clémentine!). Mention spéciale pour Valérie, hyper organisée, qui avait même prévu le thermos d’eau chaude, le café et le thé… et qui a tout porté sur sa frêle épaule !

Je vous conseille vivement de prendre votre pique-nique si vous ne voulez pas perdre du temps à faire la queue devant les points de restauration. Ou si vraiment vous ne pouvez pas apporter votre pitance, jetez-vous sur un stand très très tôt.

Bon, pour les achats, je vous laisse libres de dépenser ce qu’il vous plaira. Moi j’ai été hyper raisonnable (parce que très mal organisée! comme quoi des fois, cela a du bon…ou pas)

IMAG1209
encore de belles idées chez Marie-Claire!

Côté pratique

Nous sommes arrivées tôt sur le site du salon (nous avons même pris un petit café sur le parking tranquillou). L’entrée, malgré une file d’attente visuellement impressionnante, a été très rapide et point non négligeable, l’attente se fait à l’intérieur, bien au chaud (contrairement à la foire de Paris où cela peut vite tourner au a-gla-gla!).

Nous avions déjà nos billets (merci Cécile… ouais, je sais je suis totalement assistée!). Pour les visiteurs sans billet, en début de matinée, il n’y avait pas d’attente au point d’achat.

Pour le repas, des points pique-nique sont prévus mais installation au sol obligatoire me semble-t-il (nous nous sommes posées dans un petit recoin entre deux stands donc je n’ai pas eu le plaisir de visiter les aires de pique-nique, si certaines ont testé n’hésitez pas à commenter).

Pour les pauses pipi, euh… bah… le salon CSF, c’est tout de même une concentration énorme de femmes sur quelques centaines de mètres carrés donc attendez-vous à quelques minutes de patience avant de pouvoir soulager votre vessie. Information importante : Les sanitaires sont très propres même en milieu d’après-midi.

Ma visite du salon CSF

En début de matinée, le salon est tout à fait vivable. Le pavillon est immense, les allées principales sont larges. On a vraiment l’impression de pouvoir circuler facilement et de respirer (je précise que j’ai visité le salon le samedi, jour de très très forte affluence). Mais dès 10h30, cela se corse. Surtout dans les allées secondaires. Bon, rien d’insurmontable non plus, hein, mais c’est vrai que c’est parfois frustrant de ne pas pouvoir s’approcher d’un stand ou de ne pas pouvoir prendre son temps pour choisir (du coup, moi, je préfère ne pas acheter mais certaines peuvent craquer par lâchage de nerf ou peur de manquer… surtout que la rupture de stock est fréquente particulièrement à la fin du salon). Finalement, il ne faut pas hésiter à revenir plus tard, quand la foule s’est dissipée.

Pour être honnête, je n’avais pas de liste d’achats. Je souhaitais juste trouver des perles miyuki pour tisser mes derniers modèles en vente sur fait-maison.com et également acheter quelques coupons de tissu pour me constituer un stock. J’ai donc zappé tout ce qui était laines, papiers, etc.

Pour les perles Miyuki, je n’ai pas trouvé mon bonheur. Seulement deux stands en vendaient. Pas les bonnes couleurs, pas les bons prix, snif.

Côté couture, j’ai rapidement trouvé de quoi dépenser un peu d’argent. Alors, le stand était pris d’assaut et je n’ai pas pris le temps de lever le nez pour lire le nom du fournisseur ! Mais, il est apparemment au salon tous les ans (dixit mes chères habituées). Il propose des coupons à un prix très abordable (10 euros les 5 coupons de 45 sur 50 ou 50 sur 50, je ne sais plus), du biais, des fermetures, des boutons…

Une photo de mes achats

IMG_20171119_130722_314
mes poulettes ont essayé de me dépouiller dès mon arrivée mais je tiens bon !

Mon butin se compose de 5 fermetures à glissière non séparables (pratique pour réaliser des petites pochettes), de coupons à motifs, d’un rouleau de simili cuir moutarde, d’un fermoir aimanté et d’un badge (gratuit). Les fermetures étaient à 1 euro pièce, les coupons 10 euros les 5, le simili à 11 euros et le fermoir à 2 euros 40. J’ai fait une petite récolte de cartes de visite et voilà… hyper raisonnable, je vous dis !

Je n’ai pas acheté certains tissus, faute de besoins immédiats. Mais ce n’est que partie remise car j’ai vraiment envie de les tester. En plus, j’ai trouvé quelques idées dans d’autres stands notamment ces très jolis doudous exposés sur le stand de L’île à mousse. Le tissu tout doux était en vente sur le stand de Sudocoud que j’avais visité peu de temps auparavant et je n’avais pas craqué par manque d’inspiration… mauvais timing !

 

Allez je vous mets quelques photos de mes repérages :

IMAG1214
des pochettes en velours – Frou-Frou
IMAG1226
des ailes d’ange au crochet dans l’allée de l’inspiration
IMAG1228
des glands au crochet (photo floue)
IMAG1230
un costume vespa
IMAG1231
la sublime blouse de Dessine moi un patron… la créatrice adorable semblait au bout du rouleau tout comme son stock de patrons littéralement dévalisé
IMAG1237.jpg
la robe d’Anne Charlotte (Louis Antoinette Paris)
IMAG1254
la robe Louison de TK sewing patterns, déclinable en top… j’ai acheté le pdf en rentrant !!!
IMAG1258
Mon futur projet … Un sac… encore
IMAG1266
de jolis imprimés (chez motif personnel je crois ou bien chez dessine moi un patron ou…)

et en bonus les photos de l’atelier couture où nous avons eu le plaisir de rencontrer les participants de la dernière saison de Cousu-main. Tous hyper sympathiques et talentueux.

J’ai pris des photos à la sauvette (donc floues puisque déjà en les prenant normalement, elles sont floues!) et puis ce n’est qu’au moment de partir que j’ai osé demander une petite pose aux Beaux gosses, Olivier et David ( les beaux gosses, c’est leur marque).

Je n’ai pas pris en photos certaines créations (trop de monde, pas le temps, pas l’idée de dégainer le smartphone…). Mais ce salon est une vraie mine d’idées pour tous les amoureux du fait-main et des jolies choses. Ah en parlant photos et idées, certains stands (bon je n’en ai vu qu’un mais en même temps je n’avais pas vu l’affiche avant que la vendeuse me la montre donc j’en ai peut-être loupé d’autres lol)… je reprends… certains stands interdisent les photos, probablement pour éviter le pillage de leurs bonnes idées. Donc si comme moi, vous avez une petite tête et que vous ne pouvez pas prendre de photos, prenez de quoi noter (j’avais tout ce qu’il fallait mais j’ai oublié de sortir mon carnet…).

Le salon propose des animations payantes. Vous avez déjà testé ? Je pense essayer l’année prochaine. Car oui j’y retourne dans un an, c’est sûr ! Mais peut-être que j’essaierai d’y aller un jeudi pour éviter la foule, pouvoir échanger plus facilement avec les vendeurs et surtout éviter les ruptures de stock.

A bientôt et biz biz

PS : N’oubliez pas le petit commentaire qui fait plaisir et l’adhésion à la lettre d’informations est toujours disponible.

 

 

 

 

Et de 2 ! Une cousette = un nouveau sac

¿Hola, qué tal ?

aujourd’hui, je fais doublement ma crâneuse en vous présentant mon tout nouveau sac (encore un !) et mon super niveau en espagnol.

Parce que oui, très cher lecteur, je suis aussi à l’aise dans la langue de Don Quichotte que monsieur Raffarin dans celle de Shakespeare (qui se souvient du cultissime « the yes needs the no to win against ze no » ???). Et pourtant, malgré mon niveau zéro, en suivant le tuto de la belle Gloria de la chaîne youtube Mimodemami, j’ai eu l’impression d’être bilingue. En plus de comprendre des mots tels que centimetro ou tendencia, j’ai réussi à reproduire son sac doudou.

le sac doudou du bazar de milipuce

 

Image associéeJ’ai bien fait de prendre espagnol en LV2 au collège (euh d’ailleurs on dit toujours LV1 et 2 ? Bah j’aurai la réponse l’année prochaine vu que numéro 1 entrera en 6ème … Gloups !!!!).

Bon, trêve de plaisanterie. Suivre un tutoriel dans une langue que l’on ne parle pas couramment cela peut sembler rédhibitoire. Mais heureusement, les tutoriels vidéos ont un sacré avantage :

vidéo = visuel qui bouge ! Il suffit d’activer son petit neurone miroir et de faire les mêmes gestes que la dame !

 

Pour réaliser ce sac « doudou », j’ai utilisé  :

  • du tissu doux acheté sur Mondial tissu (mais qui n’est pas aussi épais que le tissu préconisé par Mimodemami) : 2 morceaux de 35 cm sur 35 cm
  • du tissu pour la doublure : 2 morceaux de 34 cm sur 34 cm.
  • une fermeture inséparable de 30 cm
  • de la chaîne (2 m)
  • des rubans
  • une mac
  • du fil
  • des épingles
  • des ciseaux

Como hacer

  • Préparation du tissu extérieur : en bas et de chaque côté, coupez 2 carrés de 3 cm
  • Préparation du tissu intérieur : faites de même

IMAG0984

 

  • Assemblage de la fermeture à glissière IMAG0988
  • Couture des bords en prenant soin d’insérer les rubans qui serviront d’attache à la bandoulière et de laisser une ouverture dans le fond de la doublure
  • Remise à l’endroit du schmilblick
  • Fermeture de la doublure
  • Enfilage de la chaîne et pis c’est tout

 

 

Mes conseils de non pro de la couture :

  • mon tissu doudou étant fin, le sac manque de tenue. Optez pour un tissu un peu plus épais.
  • si comme moi, vous mettez des tonnes de choses dans votre sac et qu’il pèse donc… bah une tonne, les attaches en ruban ne sont pas le bon plan ! Je vais devoir changer de système car l’un des rubans commence déjà à s’abîmer.

Mon avis  de débutante :

  • un tuto très simple à suivre et accessible aux débutantes qui savent déjà coudre une fermeture à glissière.
  • les explications en espagnol ne sont pas un obstacle, la vidéo est de très bonne qualité (bon cadrage, beaucoup de précisions données par gestes).

Voilà, je prends du galon et ma prochaine cousette sera un vêtement c’est sûr et certain (sauf si un sac me fait du gringue… Je suis si faible 😂). Et pour ceux qui ne l’auraient pas encore vu, mon premier sac de vraie couturière est à découvrir ici.

Vous avez des projets ? Moi j’attends impatiemment le salon CSF pour faire le plein de matériel et notamment de tissus en profitant de conseils de pros. Parce que en tant que débutante qui habite en Province, il est difficile de trouver son bonheur (je choisis toujours un tissu trop épais ou trop fin, c’est dingue !).

Biz et à bientôt

 

 

Première cousette : mon sac noeud

Bonjour, bonjour,

vous connaissez Le faire-part des bébés animaux des Ogres de Barback ? Aujourd’hui, je vous « chante » une petite adaptation de mon invention (1,2,3,4, c’est parti).

La maman du bébé sac à main

a le plaisir et la fierté

de vous présenter son gamin,

son petit sac nouveau-né.

Il a un petit nœud doré

et une chaînette argentée

Comme un p’tit sac de fille, madame

comme un p’tit sac de fille.

 

Voilà, j’arrête mon délire et je vous montre mon rejeton.

imag0580.jpg

Il s’agit de la pochette nœud de Elm Street Life (dont je vous avais déjà parlé ici) que j’ai décidé de « transformer » en sac.

Pour une première cousette, j’ai été plutôt ambitieuse : pose d’une fermeture à glissière, épaisseur de tissu ++ par endroit en plus de devoir utiliser une machine sans la faire exploser (si si c’est possible ! je l’ai fait !).

IMG_20171020_093634_110.jpg

Pour rappel, le tuto de Elm Street Life est en anglais mais les photos sont plutôt claires (sauf si comme moi, vous les regardez sur un écran riquiqui et sans lunettes !).

IMAG0553

Niveau matériel, il vous faut :

  • tissu extérieur (50 cm de hauteur)
  • tissu intérieur (25 cm de hauteur)
  • une fermeture non séparable coordonnée à votre tissu (25 cm)
  • du fil coordonné à votre tissu
  • du thermocollant
  • une machine à coudre
  • des ciseaux
  • des épingles
  • un fer à repasser

IMG_20171020_201545_663

J’ai coupé les morceaux suivants (je vous mets la conversion en cm parce que Whitney Newby parle en yard et en pouces).

Dans le tissu « extérieur » :

  • 2 morceaux de 25 cm sur 15 cm (corps du sac)
  • 2 morceaux de 28 cm sur 12.5 cm (nœud)
  • 1 morceau de 5 cm sur 12.5  cm (boucle du nœud)
  • si vous choisissez l’option pochette : 37 cm sur 9 cm pour la sangle
  • j’ai choisi de mettre une chaîne (2 m) et de l’attacher grâce à deux rubans fixés sur les côtés.

Dans le tissu « intérieur » : 

  • 2 morceaux de 25 cm sur 15 cm

Il vous faudra également 2 fois 25 cm sur 15 cm d’entoilage thermocollant.

le bazar de milipuce sac

Alors, si vous êtes débutante, quelques conseils quant au choix du tissu :

  • prenez un tissu qui ne s’effiloche pas (mon tissu est très joli mais il sème des fils partout et ce n’est pas toujours évident à gérer).
  • un tissu trop rigide ne facilite pas l’assemblage (donc ni trop mou, ni trop dur).
  • choisissez une couleur plutôt claire (parce que découdre du fil noir sur un tissu noir par une nuit noire… bah c’est galère).

J’ai commis quelques erreurs par manque d’attention ce qui m’a valu de découdre et recoudre plusieurs fois donc je vous conseille d’imprimer le tuto pour l’avoir sous les yeux.

IMAG0585
le défaut qui tue

Je vous liste les trucs qui clochent chez mon bébé (si si je suis une maman aimante mais pas aveugle quand même) :

  • J’ai mal placé le nœud (je n’avais pas laissé assez de place en haut pour coudre la fermeture. j’ai donc inversé le tout mais il est un poil trop bas)
  •  Je ne suis pas très satisfaite de ma dernière couture (défaut monstrueux sur l’un des côtés) mais j’avais déjà coupé le surplus de tissu et j’ai eu peur de me louper vu les épaisseurs à gérer par endroit. 
  • J’ai mal coupé le tissu de la doublure (mais bon ça ne se voit pas donc…)
  • Mes coutures ne sont pas toujours très droites (l’envie d’en finir au plus vite était parfois trop forte !).

Bon, j’ai survécu à ma première vraie cousette et j’en suis fière ! Les premières heures ont été à la fois heureuses et douloureuses (et les suivantes aussi à cause d’un problème de tension sur ma mac). Bon j’en parle comme d’un accouchement ou d’un marathon (enfin pour le dernier, j’imagine parce que je n’ai jamais couru plus de 8 km d’affilée) mais ça m’a mise dans un état, cette histoire ! Euh, d’ailleurs, c’est normal d’avoir un point de côté en cousant ? Au début, j‘étais tellement stressée  que j’en ai oublié de respirer.

Malgré tout, j’y ai vite pris goût. La couture, ça vide vraiment bien la tête.

Et vous, c’était/ce sera quoi votre premier projet en couture ? Vous avez tout de suite accroché ou pas ? Vous avez des projets à conseiller à une petite débutante comme moi ?

Ma prochaine cousette est  déjà presque sous le pied de biche mais je suis toujours partante si vous avez des idées. 

Biz biz et à bientôt